Hassen Kacimi : « L’intervention de la France au Sahel constitue une atteinte aux droits de l’Homme »

Entretien réalisé par Azzedine Belferag

Le Président de la République a remis en cause l’approche du tout sécuritaire de la France au Sahel à travers le G5 Sahel et la Force Barkhane. Comment peut évaluer les interventions françaises dans la région ?

La présence militaire française en Afrique est de nature coloniale . Juste après les indépendances des pays africains, la France a mis en place, en Afrique, des mécanismes de domination, à travers des accords bilatéraux de coopération et du système monétaire du franc CFA, qui ont permis de mettre les anciennes colonies françaises en Afrique sous une domination structurelle.

Beaucoup de Présidents africains ont tenté, à leurs dépends, de sortir de cette tutelle coloniale. Depuis 1963 , la France a éliminé 22 Présidents africains, par le biais de coups d’Etat, montés de toutes pièces, par le système mafieux Rocard dont la mission a été de protéger les intérêts de la France en Afrique .

Sarkozy, Hollande et Macron, ont tous déclaré que la francafrique est un système politique qui n’existe plus et que les relations avec les États africains sont construites d’égal à égal.

La France a été ingénieuse en Afrique en essayant, de tout temps, de vernir la vitrine de la France coloniale en voulant se donner, en Afrique, l’image d’un pays qui vient défendre les peuples africains, contre le terrorisme, comme si la France, en Afrique, avait une réputation à défendre en matière des droits de l’Homme .

Toutes les opérations militaires d’intervention française en Afrique ont été organisées, exclusivement pour défendre les intérêts de la France .

On peut citer les opérations Sangaris [Centrafrique], Barkhane [Sahel], Serval [Mali], Epervier [Tchad], Licorne [Côte d’Ivoire] et Boali [Centrafrique]).

L’intervention française au Rwanda, en finançant l’achat d’armes par le canal d’une banque française au profit des Hutus, a permis de commettre un génocide dans ce pays en éliminant environ un million de Tutsi. Le Président Macron vient de reconnaître, de manière sélective, la responsabilité de la France dans ce génocide.

La force Barkhane en 2014 a pris le relais des opérations Serval et Epervier déployées, respectivement, au Mali et au Tchad pour soit disant combattre le terrorisme dans le Sahel.

Si on doit évaluer les interventions françaises en Afrique, on peut tirer quelques enseignements très importants.

L’intervention militaire française en Afrique a affaibli les États africains. Elle a permis l’apparition de groupes armés, l’extension du terrorisme, le recul de l’Etat qui a cédé des territoires entiers à des groupes armés et terroristes, l’apparition de mouvements séparatistes et l’accentuation des conflits inter-ethniques.

L’intervention française en Afrique a produit en réalité l’affaiblissement de l’Etat et l’encouragement de groupes armés et du terrorisme, qui ont étendu le champ de l’insécurité et de la pauvreté, ayant jeté des pans entiers des populations sur le chemin de la migration.

Le bilan français en Afrique est macabre. Il constitue une atteinte aux droits de l’Homme et aux droits des peuples de disposer de leurs richesses.

Pensez-vous que l’approche adoptée l’a été beaucoup plus pour contrer les efforts algériens de réédification dans la région ?

La France ne voit pas d’un bon œil le redéploiement de l’Algérie en Afrique. C’est pour cette raison que la France a toujours parasité les actions de l’Algérie, au profit de la monarchie marocaine, qui agit par procuration, sous commandement français.

La France redoute fortement l’axe Algérie, Nigéria, Afrique du Sud, qui peut menacer les intérêts de la France, au nord de l’Afrique, dans le Sahel et au niveau de l’espace de la CEDEAO.

Elle a d’ailleurs bizuté le CEMOC, mis en place à l’initiative de l’Algérie. C’est un état-major opérationnel dont le siège est à Tamanrasset. Il regroupe les quatre pays du champ : Algérie, Mali, Mauritanie et Niger.

Pour contrecarrer le dispositif opérationnel mis en place, à l’initiative de l’Algérie, la France a mis en place le G5 du Sahel qui couvre 5 pays (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad).

Parallèlement à cela , la France a toujours, en coulisse, combattu l’Accord d’Alger qui a permis de trouver une solution politique, consensuelle, entre le nord et le sud du Mali, en dehors de la France .

L’Accord d’Alger a torpillé le plan français de partition du Mali. La France a promis un État indépendant, au nord du Mali, à certains acteurs de la rébellion de l’Azaoued.

L’Algérie, dans le cadre de l’Union africaine, a toujours milité pour une appropriation de la sécurité, qui remet en cause fondamentalement une conception coloniale, consistant à déléguer à la France la sécurité des États Africains. Cela constitue une autre forme coloniale de domination que l’Algérie rejette de toutes ses forces .

Les Français chercheraient-ils à se retirer de la région qui est devenue un bourbier pour eux ?

L’intervention de la France dans le Sahel constitue un échec total, au regard des résultats obtenus qui ont étendu l’insécurité et favorisé le développement du terrorisme et des groupes armés.

La France a déployé, dans le cadre de la force Barkhan, plus de 5.000 soldats  et une logistique qui nécessite un budget annuel, énorme, de 600 millions d’Euros .

C’est vrai, la France ne finance pas seule tout ce budget. Elle fait de grosses ponctions sur les recettes des pays africains, grâce au système du franc CFA qui domicilie toutes les recettes en devises des pays de la CEDEAO, au niveau de la banque centrale française .

Les Américains et les Européens rechignent à continuer à financer le G5 du Sahel, laissant seule la France s’embourber dans le Sahel .

La France ne se retirera pas du Sahel et des pays de la CEDEAO, parce que cela serait suicidaire pour la France.

Un retrait de la France provoquerait inévitablement l’effondrement du système monétaire du Franc CFA qui consacre la colonisation des pays de la CEDEAO par la France .

La France continuera à occuper durablement l’Afrique pour protéger ses intérêts et les intérêts de ses entreprises .

Le terrorisme sera actionné, de plus belle,  par la France pour faire du chantage aux pays africains, en leur offrant « la sécurité » en contrepartie de la cession, par ces États, de leur souveraineté.

Une intervention militaire de l’Algérie à l’extérieur est-elle envisageable ?

Le plus grand piège dans lequel pourrait tomber l’Algérie est d’intervenir militairement en Afrique. Même si la Constitution le permet, l’Algérie dispose d’une doctrine qui consiste à régler les conflits et les crises par la voie diplomatique et c’est ce qui fait la force de l’Algérie qui a gagné ses galons et ses lettres de noblesse, en matière d’intermédiation, dans les domaines de la paix et de la sécurité en Afrique .

Tebboune a affiché une position pragmatique que l’Algérie entend développer avec ses partenaires, notamment la Turquie. Un axe Alger-Istanbul semble se dessiner et il semble déranger. Pourquoi ?

La France redoute un rapprochement algéro-turc, qui doit rappeler à la France, de très mauvais souvenirs. L’Empire ottoman a été la bête noire de la France, en Méditerranée, et elle agira de toutes ses forces pour que l’axe stratégique algéro-turc ne se renforce pas en Méditerranée.

La relation de l’Algérie avec la Turquie n’est pas uniquement commerciale. Elle est aussi stratégique. Elle doit permettre de contenir l’influence de la France au nord de l’Afrique et dans le Sahel, qui a été transformé en arène des fauves où le plus faible n’a aucune chance de survie.

La France se méfie de l’Algérie  parce qu’elle construit ses alliances en dehors de la France , et que cela a pour objectif de consolider la souveraineté de l’Algérie et doit renforcer sa profondeur stratégique dans le Sahel et en Afrique .

Ce que ne veut pas comprendre la partie française , c’est que l’Algérie n’est plus son arrière cour, ni son champ d’intervention colonial traditionnel, où ses richesses sont mises gracieusement à la disposition de la France .

Désormais , l’Algérie entend défendre ses intérêts, en faisant la promotion d’une politique courageuse et offensive, soulevant la colère de l’Hexagone qui a mobilisé tous ses moyens de nuisance, en faisant appel à des mercenaires du Makhzen et de l’entité sioniste pour organiser la désobéissance civile en Algérie .

Ce scénario subversif a fait l’objet d’une riposte foudroyante de l’Algérie qui a dévoilé au grand public et à l’opinion publique internationale les sous-marins du MAK, de Rachad et de certains militants locaux de l’humanitaire colonial, transformés en bras armés de l’ancienne puissance coloniale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.