A quelques jours de la fête de l’Aïd / Le ministère de la Santé appelle au respect des règles sanitaires

A quelques jours de l’Aïd fixé pour la journée de mardi 20 juillet, la prévention et le respect des mesures sanitaires s’imposent comme l’unique moyen de parer aux récurrents problèmes qui reviennent chaque année à la même occasion. Des problèmes qui font qu’hélas beaucoup de citoyens se retrouvent sur les lis des hôpitaux au lieu de fêter l’Aïd avec leurs familles.   Aussi, pour parer à ces fâcheuses éventualités, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a, dans un communiqué publié hier, appelé les citoyens au strict respect des mesures sanitaires dans toute la chaîne d’abattage des moutons de l’Aïd. Ces mesures, ajoute le ministère, sont destinées à prévenir la propagation du virus du Covid 19. Aussi, il a été recommandé aux Algériens de respecter les mesures barrières comme le port des masques, la distanciation sociale surtout dans les points de ventes des moutons et les abattoirs ainsi que la nécessité d’éviter les déplacements inutiles. Les citoyens sont également appelé à éviter de transporter la viande dans les malles de leurs véhicules et favoriser par contre le transport via les petites camionnettes.

Toujours au chapitre des mesures préventives, le communiqué du ministère de la Santé recommande aux citoyens d’éviter de dépecer le mouton en gonflant la peau à l’aide de la bouche, de nettoyer les lieux d’abattage à l’eau de Javel avant de collecter tous les déchets dans des sachets qu’il faudra mettre impérativement et uniquement dans les bacs et dans les tranches horaires appliquées par les services de la voirie. Les familles sont également invitées à faire examiner le mouton après abattage par un vétérinaire ou procéder à l’observation minutieuse par soi-même surtout au niveau du foie et les poumons pour vérifier la présence ou non de kystes hydatiques. Le kyste hydatique ou « Hydatidose », explique le ministère de la Santé dans son communiqué, est une maladie parasitaire, contagieuse, caractérisée par le développement chez l’homme, le plus souvent au niveau du foie ou du poumon, de la forme larvaire d’un ver appelé « Tnia » ou « Echinococcus granulosus ».

Aussi, en cas de découverte d’anomalies, les organes atteints, précise le communiqué, doivent être incinérés afin d’éviter tout contact avec les chiens errants. Ces organes présentant des anomalies, ajoute le communiqué, ne doivent en aucun cas être jetés dans la nature. En ce qui concerne les peaux de moutons ou la toison qui représente un véritable dilemme à chaque fête de l’Aïd, il est recommandé, ajoute le ministère de la Santé, de les déposer dans les lieux indiqués. Enfin, notons que les problèmes liés au volet sanitaire sont hélas fréquents à cette occasion malgré les vastes campagnes de sensibilisation qui la précèdent. Cette année, les choses risquent d’être plus compliquées encore car l’Aïd intervient dans une conjoncture marquée par le manque d’eau. Ce qui risque de se répercuter sur l’observation des règles sanitaires. Aussi, pour parer à ce manque, beaucoup de citoyens habitant les zones rurales pensent déjà à s’approvisionner par le moyen des citernes.

Kamel Nait Ameur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.