Euro-2021 / L’éternelle Italie sacrée

C’est finalement l’Italie du « mister Mancini », pourtant douchée d’entrée par les Anglais, qui monte sur le trône laissé vacant par les Portugais, champions d’Europe en 2016 sur le terrain des Français.

L’Italie est de retour au sommet! Les Azzurri, en pleine renaissance, ont brisé le rêve de l’Angleterre aux tirs au but (1-1, 3-2 t.a.b.) pour s’adjuger un deuxième titre européen, dimanche en finale de l’Euro à Londres, dans le volcan incandescent et indiscipliné de Wembley, temple du foot au cœur gros. La Mère patrie du ballon rond pensait enfin ramener un titre à la maison, 55 ans après le dernier acquis en Coupe du monde 1966. Mais la bande de Gordon Banks, Bobby Charlton et Geoffrey Hurst, tombeuse de la RFA à domicile, n’a pas encore trouvé de successeurs. C’est finalement l’Italie du mister Mancini, pourtant douchée d’entrée par les Anglais (2e, 1-0), qui monte sur le trône laissé vacant par les Portugais, champions d’Europe en 2016 sur le terrain des Français. La malédiction du pays hôte a cette fois frappé l’Angleterre, pourtant portée par la ferveur incroyable d’un peuple passionné et qui a tout donné. Mais au petit jeu des tirs au but, les Anglais se sont littéralement écroulés, malgré deux arrêts de Pickford. Rashford, Sancho et Saka ont raté leur tentative, laissant le gardien italien Donnarumma exploser de bonheur, devant la tribune désormais éteinte des plus fervents supporters anglais. C’est une véritable douche froide pour la sélection des « Three Lions », persuadée que son heure était enfin venue. Devant Wembley, une marée rouge et blanche a chaviré en fin d’après-midi, bercée par les tubes « Football is Coming Home » ou « Sweet Caroline », dans une odeur teintée de fumigènes et d’alcool, avec des débris de verre par milliers et des masques quasiment absents. L’ambiance s’est parfois tendue quand des personnes, éméchées, ont jeté en l’air des pierres, canettes de bières, sacs à dos et cônes de signalisation sur des passants, ou quand des supporters sans billet ont réussi à s’introduire dans le stade, selon la police et la société gestionnaire du stade londonien. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, visiblement prise dans les couloirs du stade, on peut voir un groupe d’hommes frapper à coups de pieds et de poings, y compris quand des gens sont à terre, alors que des agents du stade tentaient d’intervenir. Sur les écrans, le prince Williams est apparu hilare au moment de l’ouverture du score anglaise, survenue après seulement une minute et cinquante-sept secondes. L’identité de l’improbable buteur y était aussi peut-être pour quelque chose: Luke Shaw a attendu le jour de son 26e anniversaire pour inscrire son premier but en sélection, dépassant un record de précocité dans une finale de l’Euro qui datait depuis 1964. « Lucky » Luke a dégainé d’une demi-volée sèche au second poteau à la réception d’un centre de Kieran Trippier, l’invité surprise du onze de départ anglais, après une montée de balle du capitaine Harry Kane qui a fait lever tout le stade. Un dégagement en touche en force? Le public se lève, le poing rageur! Un contrôle italien mal exécuté ? Pareil. Le public anglais a montré qu’il avait du coffre, mais aussi du vice parfois, comme lorsqu’il a copieusement Fratelli d’Italia, l’hymne italien. Avec leur jeu court et leurs dribbles habiles, les Azzurri ont bien essayé de remettre l’église au centre du village, mais Federico Chiesa a manqué sa première tentative (34e) et Lorenzo Insigne n’a pas fait mieux (51e). A force de pousser, ils ont pourtant fait craquer leurs rivaux. Jordan Pickford a repoussé l’échéance une première fois avec sa main ferme sur une frappe de Chiesa (62e), mais pas la seconde. Il a certes repoussé une tête de Verratti sur le poteau, mais l’inusable défenseur Benucci a bien suivi (67e). Neuf ans après sa dernière finale d’Euro, perdue en 2012 contre l’Espagne (4-0), la Nazionale rentre chez elle avec un nouveau titre et encore plus de certitudes encore qu’au début du tournoi. Sous l’impulsion de Roberto Mancini, elle s’est replacée dans la cour de s grands et dans plus d’un an, elle lorgnera forcément sur la Coupe du monde au Qatar.

R. S.

encadré

Donnarumma meilleur joueur

Le gardien de la sélection italienne Gianluigi Donnarumma a été désigné meilleur joueur du Championnat d’Europe de football (Euro-2020). Donnarumma, 22 ans mais déjà 33 sélections à son actif, a terminé son tournoi de la plus belle des manières en finale, en stoppant le dernier tir au but anglais pour offrir le titre aux siens. Il a également effectué un arrêt crucial lors de la séance de tirs au but en demi-finales face à l’Espagne. Les performances, tant individuelles que collectives, sur l’ensemble du tournoi sont prises en compte pour désigner le vainqueur. L’impact du joueur sur le parcours de son équipe, ainsi que son attitude positive et le respect dont il fait preuve, sont tout aussi importants.

R. S.

Equipe nationale (dames)

Les Vertes en stage

L’équipe nationale de football (dames) effectuera un stage préparatoire du 13 au 18 juillet à Alger, en vue de la Coupe arabe des nations et des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) Maroc-2022, a annoncé la Fédération algérienne (FAF), dimanche sur son site officiel. Lors de ce quatrième stage de préparation au menu des Algériennes, la sélectionneuse Radia Fertoul « a arrêté un programme avec des séances quotidiennes (18h), un passage en salle de musculation dans la matinée du 14 juillet et d’autres séances de soins et de cryothérapie chaque soir après l’entraînement », précise la FAF. Deux matchs d’application sont également au programme de la sélection nationale. La première sortie est prévue le 15 juillet face à l’USM Alger (U16) et la seconde deux jours plus tard contre le club d’Affak Relizane, récent champion d’Algérie (dames), « pour peaufiner la préparation, surtout sur le plan tactique ». La sélection féminine prépare la Coupe arabe des nations, prévue du 24 août au 6 septembre en Egypte. La première édition disputée en 2006 en Egypte avait été remportée par l’Algérie. Les coéquipières de Zeïneb Kendouci (Affak Relizane) enchaîneront un mois plus tard en disputant le premier tour des éliminatoires de la CAN-2022. L’Algérie défiera le Soudan en deux manches, entre le 18 et le 26 octobre. En cas de qualification, les Algériennes seront opposées, au 2e et dernier tour (14 – 23 février 2022), au vainqueur de la double confrontation entre le Mozambique et l’Afrique du Sud, vice-championne d’Afrique.

APS

Organisation de la finale de la Coupe de la CAF

Le Bénin gagne le pari haut la main

Un air de fête. Après près de deux mois de préparation, d’effervescence, d’espoirs et de rêves, le Bénin a tourné la page de l’organisation de la finale de la Coupe de la Confédération de la CAF 2020-2021, une première de son histoire. Une organisation au bilan très positif, puisque le Bénin a tout fait pour s’en sortir bien à la fin. Il a été royal là où on prédisait l’apocalypse, et apocalyptique, là où l’attendait un destin glorieux. Cette finale de la Coupe de la Confédération de la CAF 2020-2021 entre le Raja du Maroc et la JS Kabylie, restera celle d’un gigantesque succès sportif pour la CAF qui a osé confier l’organisation au Bénin. Les Béninois ont gagné leur pari haut la main, tant cette finale a été remarquable en dehors des terrains. Et pourtant, que n’avait-on dit, que n’avait-on craint. A la fin, si soucis il y a eu, ce fut sur la réussite de l’organisation. Le stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou de Kouhounou à Cotonou était prêt. L’infrastructure a globalement bien fonctionné, notamment dans les transports, la qualité de la pelouse et autres détails qui ont prouvé que le Bénin dispose désormais d’un stade qui répond aux 17 critères d’homologation d’un stade. Ce qui était très loin du cauchemar annoncé par certains. La grande réussite de cette finale de la Coupe de la Confédération de la CAF 2020-2021 aura aussi tenu à son esprit festif dans le stade et comme à l’extérieur sur l’esplanade du stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou de Kouhounou. 

R. S.

Real Madrid

Le club blinde Benzema

L’été 2021, Karim Benzema (33 ans) devrait s’en souvenir très longtemps. À son retour réussi en équipe de France, avec un bilan plus que correct lors de l’Euro 2020 (4 réalisations), pourrait bien succéder une autre très bonne nouvelle. En effet, selon les informations du quotidien espagnol ABC, l’attaquant international tricolore (87 sélections, 31 réalisations) prolongera son contrat avec le Real Madrid jusqu’en juin 2024. Deux années supplémentaires comme une récompense pour le niveau affiché ces dernières saisons. L’accord est total et les deux parties signeront ce nouveau bail au retour des congés de la star merengue, prévu pour le 22 juillet. Un signe fort de la part de la Casa Blanca, qui n’a par exemple pas souhaité accordé deux années de plus à son capitaine emblématique Sergio Ramos (35 ans), parti libre depuis au Paris SG. De son côté, le natif de Lyon tentera de rendre cette confiance en grimpant au classement des meilleurs buteurs de l’histoire du club madrilène. Avec 279 buts, il est encore derrière Raul (323 buts), Alfredo Di Stefano (309) et Carlos Santillana (290). Son objectif est de se placer au deuxième rang derrière l’intouchable Cristiano Ronaldo (451). 

R. S.

Manchester City

Gabriel Jesus vers la Juventus ?

Selon des informations du Corriere Dello Sport, Gabriel Jesus serait dans le viseur de la Juventus de Turin pour la saison prochaine. Et le Brésilien ne serait pas insensible à l’intérêt du club italien alors qu’il est toujours un second choix dans l’esprit de Pep Guardiola à Manchester City. Malgré un temps de jeu réduit, (Gabriel Jesus a inscrit 14 buts avec son club en 42 apparitions (dont 29 matchs de Premier League, la saison dernière), l’international brésilien dispose de statistiques plus que correctes. Reste désormais à savoir si la Juventus de Turin a les moyens de se payer un joueur qui est sous contrat jusqu’en juin 2023 avec les Citizens et dont la valeur est estimée à 60 millions d’euros par Transfermartk. 

R. S.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.