Faire face à l’imprévu

La situation épidémiologique est source de réelle inquiétude. Les cas de contaminations, confirmés par PCR, se multiplient. Les chiffres annoncés, au cours de cette troisième vague, dépassent tout ce que l’on a connu depuis mars 2020, lors de la détection du premier cas de covid-19 en Algérie. Les médecins et les experts n’ont pas cessé d’avertir quant à la perspective d’une troisième vague de contamination et de la menace qu’elle fait peser depuis des semaines, voire des mois.

Pourtant, nos concitoyens ont fait comme si cette pandémie n’existait pas et ont interprété l’allègement du confinement comme étant le synonyme de la fin de la pandémie. Mais, l’allègement des mesures de confinement n’a été que le produit de la discipline dont ont fait preuve les Algériens au début de la pandémie.

Aujourd’hui, en raison d’une certaine inconscience et de la légèreté dans la manière d’appréhender le virus et ses variants, la situation sanitaire se dégrade et le système sanitaire s’est très vite retrouvé sous pression. Ce n’est pas propre à l’Algérie et cela concerne l’ensemble des pays. La situation n’est pas non plus alarmante, fort heureusement. Mais l’impact de la pandémie se fait sérieusement sentir aujourd’hui. Il est heureux de voir les Algériens rompre avec le scepticisme envers la vaccination et de revenir au respect des gestes barrières. Aussi, des mesures plus strictes sont nécessaires et celles-ci devraient être annoncées aujourd’hui.

Mais une question demeure. Les épidémies et plus encore les pandémies sont censées nous permettre d’apprendre, de comprendre que celles-ci sont imprévisibles et qu’il faut se préparer, même à ce que l’on considère comme peu probable. C’est en cela que cette troisième vague devra être mise à profit pour évaluer le système de riposte à cette pandémie et à bien d’autres et la préparation du système sanitaire pour faire face aux imprévus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.