Scandale Pegasus : L’UE appelée à contrer les ambitions dominatrices du Makhzen

L’affaire Pegasus continue de faire des vagues et risque de remettre en cause le soutien à peine voilé des puissances occidentales, notamment européennes, au Makhzen. Un fait mis en avant par un article publié dans le dernier numéro de la revue « El Djeich ». Celui-ci cite d’ailleurs une étude de l’Institut allemand pour les affaires internationales et sécuritaires qui a indiqué que les relations entre le Makhzen et son allié traditionnel, la France, sont tendues. Le même institut a d’ailleurs recommandé au pays de l’Union européenne à revoir leur stratégie dans la région du Maghreb arabe et œuvrer à empêcher toute tentative de domination menée par le Maroc à travers ses pratiques contraires aux règlements. Cette évolution, ajoute l’article de la revue El Djeich, est un indicateur que la communauté internationale se méfie aujourd’hui du Maroc qui représente une menace pour la sécurité régionale et internationale, d’autant plus que mêmes ses alliés n’ont pas été épargnés par ce crime.

Cette énième affaire d’espionnage dans laquelle le royaume chérifien se retrouve empêtré et qui n’est la première, enfonce d’avantage le Makhzen qui est désormais, classés par de plus en plus d’observateurs dans la case des Etats «voyous» pour qui le droit ne représente qu’un slogan vide de sens et un simple texte écrit noir sur blanc, explique l’article.

En fait, l’article de la revue El Djeich rappelle quelques unes des bourdes diplomatiques du Makhzen qui recourt « à toutes sortes de chantages et de provocations, faisant fi des droits internationaux et des us diplomatiques mais aussi des valeurs humaines ». Après le coup de poignard asséné au peuple palestinien dans le dos par la normalisation avec l’entité sioniste, le Royaume se met à faire  du chantage à l’Espagne en utilisant l’affaire des immigrants clandestins. coup dans un grand et retentissant « scandale digne d’un scénario hollywoodien ».

Ainsi, « aujourd’hui, la communauté internationale se méfie du Maroc qui représente une menace pour la sécurité régionale et internationale, sachant que mêmes ses alliés n’ont pas été épargnés par ce crime. Pire encore, ajoute l’article de la revue El Djeich, « le scandale du régime du Makhzen est en réalité un véritable crime. Du point de vue juridique, des jours difficiles attendent le Maroc pour être entendu sur les faits et devrait rendre des comptes sur cette dérive impardonnable ». Le même article explique que « conformément aux lois et textes internationaux que le Maroc a ratifiés, il paraît clair que le régime du Makhzen a transgressé l’article 17 du pacte international sur les droits civils et politiques portant sur la criminalisation de l’immixtion dans les affaires d’autrui ou le fait de mener des campagnes illégales qui portent atteinte à leur honneur ou à leur réputation droits civils et politiques portant sur la criminalisation de l’immixtion dans les affaires d’autrui ou le fait de mener des campagnes illégales qui portent atteinte à leur honneur ou à leur réputation. De même, le traité de Budapest oblige les Etats à condamner ce genre de faits, tout comme le traité de 1981 ».C’est sur cette base juridique que la communauté internationale demande l’ouverture d’une enquête approfondie contre le royaume espionnage et violation des libertés d’autrui. L’Algérie qui a  fermement condamné ces agissements « affirme sa disponibilité à participer à tout  effort international afin de confirmer les faits et mettre la lumière sur l’ampleur de ces crimes qui menacent la paix et la sécurité internationales », ajoute l’article de la revue El Djeich.

Akli Amor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.