Besoins du marché national en équipements et médicaments : Vers la mise ne place d’une plate-forme numérique

Comme nous l’avions annoncé dans notre édition du 3 août, le Premier ministre, Aïmen Benabderrahmane, a présidé, mercredi dernier, un conseil du gouvernement, consacré à l’examen de plusieurs dossiers relatifs aux secteurs du tourisme, de la pêche, de la formation professionnelle, de l’industrie pharmaceutique et de la Santé. Selon un communiqué des services du Premier ministre, le Gouvernement a entenduune communication présentée par le ministre de l’Industrie pharmaceutique portant sur les mesures d’urgence pour la relance de la production pharmaceutique. Ces mesures reposent, selon ce communiqué, sur la garantie de la disponibilité des produits pharmaceutiques, notamment les médicaments essentiels, la mise en place des outils et un dispositif réglementaire garant de la qualité, de l’efficacité et de la sécurité, assurer l’accessibilité économique aux produits pharmaceutiques à tous les citoyens.

Le ministre a préconisé, aussi, des mesures d’urgence dont l’optimisation de la régulation du marché national du médicament notamment à travers, la limitation de l’importation aux seuls produits essentiels non fabriqués localement ou en quantités insuffisantes et la mise en place d’une nouvelle plateforme numérique qui devra prendre en charge les programmes prévisionnels de production et d’importation accompagnés de plannings détaillés de livraison.

A l’issue, le Premier ministre a instruit le ministre de l’Industrie pharmaceutique afin de «veiller à ce que les mesures engagées pour la régulation du marché national priorisent la réduction de la facture d’importation et à l’actualisation du portefeuille de projets d’investissement en instance au niveau du Groupe public SAIDAL à la faveur des nouveaux impératifs et exigences révélées par la pandémie du Coronavirus (COVID-19)», recommandant au passage «la mise en place d’une plateforme numérique destinée à anticiper sur les besoins du marché national pour éviter les situations éventuelles de pénurie, principalement pour les médicaments considérés comme vitaux».

Aussi et avoir entendu un exposé présenté par le ministre de la Santé sur la situation sanitaire, le Premier ministre a demandéau ministre de l’Industrie «de mobiliser l’ensemble des capacités nationales pour augmenter la production en oxygène qui devra être destinée prioritairement aux structures de santé», saluant «la mobilisation exemplaire et la solidarité citoyenne exprimée au plan national ainsi que celle de notre communauté nationale établie à l’étranger en vue de contribuer à la lutte contre les effets de la pandémie du COVID-19, au moyen d’apports conséquents en matériels et en équipements médicaux destinés aux structures de santé».

Notons par ailleurs que le ministre du Tourisme et de l’Artisanat a présenté une communication sur les mesures d’urgence pour la relance de l’activité touristique dans laquelle il rappelé notamment les difficultés auxquelles est confronté le secteur du tourisme face à la crise sanitaire mondiale due à la pandémie du Coronavirus (COVID-19), qui a lourdement impacté l’activité touristique mondiale avec un grand recul du chiffre d’affaire des établissements hôteliers. A cet effet, le ministre du tourisme a préconisé la mise en œuvre des mesures d’urgence dont des mesures de soutien financier en faveur des entreprises et des opérateurs touristiques, la facilitation de l’accès au foncier touristique, l’encouragement de l’investissement et le financement des projets touristiques et la promotion de la destination Algérie et de l’artisanat traditionnel en recourant aux nouvelles technologies et la médiatisation sur les réseaux sociaux.

Le Premier ministre a instruit le ministre du Tourisme en vue de réactiver le Conseil National du Tourisme (CNT) afin d’assurer une meilleure coordination et concertation entre les différents acteurs concernés par l’activité touristique, en insistant sur la nécessité d’assainir la situation du foncier touristique par la récupération des assiettes foncières non utilisées au niveau des Zones d’Expansion touristiques (ZET).

Le premier locataire du palais du gouvernement a plaidé, également, en faveur de l’amélioration de la formation du personnel relevant du secteur touristique qui devra être issue des instituts spécialisé et de veiller à réorienter prioritairement l’action des agences de voyage vers le développement du tourisme intérieur.

Par ailleurs, le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques a présenté une communication sur les mesures d’urgence pour la relance de l’activité de pêche. Il s’agit, selon la même source, d’un certain nombre d’actions urgentes visant à surpasser l’ensemble des contraintes entravant les investissements et la bonne exécution des différents programmes de développement de l’activité. Ces mesures concernent essentiellement la relance de l’élevage halieutique, le développement de la pêche au grand large, la gestion et l’exploitation responsable de la pêche artisanale et côtière, la construction et la maintenance avec des capacités nationales de la flottille de pêche et de l’aquaculture et l’encouragement de la PME, de la micro-entreprise et des start-up et la valorisation des productions halieutiques à l’export.

A l’issue de la présentation, le Premier ministre a instruit le ministre du secteur pour procéder à «un recensement des potentialités halieutiques, de la flotte de pêche et des ressources humaines ainsi que mettre en place un système d’information et de statistiques afin de disposer des outils permettant de réorienter la surproduction à destination des unités de transformation et de conditionnement», soulignant au passage l’importance «d’une évaluation de la mise en œuvre du dispositif prévu pour la relance de l’activité de la construction et de la réparation navales».

Faiçal Bedjaoui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.