Impactée par la sécheresse : Baisse de 40% de la production céréalière

La production céréalière a baissé de 40% à cause de la sécheresse, selon Mohamed Alioui, président de l’Union nationale des paysans algériens.

La production nationale des céréale connaît une baisse notable de la récolte de cette saison 2020-2021 à cause de la sécheresse, selon le président l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui qui a précisé que cette baisse, due essentiellement à la faiblesse de la pluviométrie, est estimée à moins de 40% des quantités prévisionnelles. Le représentant des agriculteurs prévoit ainsi des répercussions négatives sur l’économie nationale qui devra en supporter le poids.

Par ailleurs, Mohammed Alioui expliquera que cette faible production a été causée par la sécheresse qui a frappé de plein fouet notre pays au point que certaines wilayas de l’Ouest ont connu sécheresse qui a atteint les 100%. Le président de l’UNPA a précisé que les wilayas situées sur les Hauts-Plateaux ont également été touchées. Aussi, note Alioui, la faiblesse de la production céréalière va négativement impacter la machine économique nationale malgré les efforts colossaux consentis par l’Etat visant à assurer la sécurité alimentaire.

Toutefois, cette baisse de la production des céréales qui a atteint les 40% n’aura pas d’impact sur la production des semences de cette matière stratégique. Dans ce sens, le président de la chambre de l’agriculture de la wilaya d’Aïn Defla, El Hadj Djaalali, assure en effet que malgré ce constat, il est à noter que la production des semences sera assurée en quantités suffisantes. Un fait qui, ajoute-t-il, permettra d’assurer les semences de la prochaine saison dans de très bonnes conditions.

Ainsi, la sécheresse qui s’est installée durant les mois de mars, avril et mai est venue contrarier les prévisions des pouvoirs publics qui tablaient sur une bonne récolte. Au mois de mars justement, en visite dans la wilaya de Mila, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani avait affirmé que « l’objectif tracé par le secteur pour la saison 2020-2021 est de réaliser une récoles céréalière record » . « Cette saison agricole augure d’une bonne récolte, toutefois, il est indispensable de réunir les conditions nécessaires pour la mener à bien et réaliser une collecte record », prévoyait-il, mais « cela n’est possible qu’à travers la mise en place d’un plan de collecte, l’octroi de facilitations aux agriculteurs et le recours au système d’irrigation complémentaire en vue d’augmenter, cette saison, le rendement et la production », notait-il.

Dans le cadre de cet effort, le ministre a annoncé au début du mois de juillet la désignation de « six groupes de travail pour  l’élaboration de la nouvelle carte de production des céréales, ainsi que le nouveau dispositif de soutien et d’accompagnement des producteurs des blés notamment le blé dur ». Ces groupes, avait-il expliqué, devaient assurer la mise en branle du plan opérationnel des nouvelles mesures à prendre concernant notamment l’identification des zones potentielles de production des blés notamment le blé dur, le dispositif de soutien et d’accompagnement des agriculteurs et des investisseurs, la production des semences, l’impact économique de la mise en œuvre de ce nouveau dispositif aussi bien en terme de production qu’en terme de réduction de la facture d’importation.   

Kamel Nait Ameur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.