Terrorisme nouveau

Par Melissa Roumadi-Belferag

L’Algérie fait face à de nouvelles formes de terrorisme. C’est bien cela, du TERRORISME. Il ne fait plus aucun doute sur l’origine criminelle des incendies qui ont ravagé, ces trois derniers jours, une vingtaine de wilayas du pays, et plus particulièrement la Kabylie. Les objectifs ne sont pas à chercher bien loin : il s’agit bien d’essayer de déstabiliser le pays. L’intention est bien claire. Au moment où les Algériens se mobilisaient pour lutter contre les feux qui ont particulièrement visé des zones densément peuplées et qu’ils s’affairaient à collecter les dons et à ouvrir des salles, des hôtels et des structures pour s’assurer de la bonne prise en charge des sinistrés, et que des médecins affluaient vers les wilayas les plus affectées pour prendre soin des blessés et des malades affectés par la fumée, voilà les réseaux sociaux sont pris d’assaut par les corbeaux qui tentent de semer les graines de la division. Ils se cachent bien derrière une multitude de faux comptes pour alimenter la haine et tenter d’entretenir la sédition. Mais, ces incendies ont été la goutte qui a fait déborder le vase. Les Algériens ont pleinement pris conscience de la guerre qu’on leur livre et qui ne dit pas son nom. Ils portent en eux les stigmates de la politique de la terre brûlée menée d’abord par la puissance coloniale, puis par les hordes sanguinaires de la décennie noire. Ils n’ont pas cédé à l’époque et ils ne cèderont pas aujourd’hui. Ils attendent de la fermeté et des sanctions exemplaires contre ces groupes qui œuvrent à la destruction de la Nation. L’État à affiché son intention d’agir pour mettre un terme à ces pratiques et il est pleinement soutenu dans cette œuvre par la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.