Tentative d’introduction de tenues militaires sur le territoire national : Une commission de haut niveau ouvre une enquête

Une commission sécuritaire de haut niveau  composée de la gendarmerie, de l’ANP et des Douanes algériennes a engagé une enquête sur une tentative d’introduction de conteneurs comprenant des vêtements militaires par le poste frontière des douanes Bouchebka dans la wilaya  de Tébessa, apprend-on de source douanière. Un scandale selon les informations rapportées par notre source, dont les dessous ont trait à l’implication d’un « groupes qui fait  pression »pour introduire des conteneurs de tenues militaires. Par ailleurs, rien n’a filtré sur ce groupe qui fait pression. La Direction générale des douanes algériennes a dépêché une commission administrative qui a donné lieu, auparavant à la suspension de l’inspecteur des Douanes qui a « mis à nu » l’affaire, ce qui a nécessité plus tard le déplacement d’une commission de haut niveau pour lever le voile sur les circonstances complexes de cette affaire, a ajouté la même source. Nous apprenons de la même source que les investigations sécuritaires menées par une commission centrale de sécurité se poursuivent avec des responsables et cadres, notamment le directeur régional, les chefs des inspections douanières, la directrice technique régionale, le chef du service anti-fraude, le chef du service scanner et  un certain nombre d’autres douaniers et des dizaines d’autres personnes,  dans l’attente du transfert du dossier à la Justice, nous dit-on. Au sein de toute cette pagaille, c’est la disparition  mystérieuse du propriétaire de cette marchandise sensible, qui consiste en grandes quantités d’uniformes et de vêtements militaires qui étaient cachés dans des conteneurs et camouflés avec des vêtements ordinaires, a expliqué notre source. Selon certaines indiscrétions,  la commission de sécurité a été dépêchée depuis la Capitale,  après que l’inspecteur en charge du dossier de dédouanement ait été soumis à une série de pressions et de menaces afin de libérer les marchandises malgré les « appels » qu’il a adressés à ses responsables de hiérarchie. L’affaire a été mise au grand jour suite à un contrôle douanier de quatre conteneurs en provenance de Chine via un port de Tunisie, avant d’arriver par voie terrestre vers le poste frontière de Bouchbaka à Tébessa, a expliqué notre source. Celle-ci a précisé qu’aussitôt le contrôle douanier des conteneurs engagé, il a été découvert, une grande quantité de vêtements et d’uniformes militaires similaires à ceux de l’Armée nationale populaire. La nature de la violation a été déterminée par l’importation de marchandises interdites. Une interdiction absolue (la violation stipulée est punie selon les articles 21, 22 et 325 bis du code des Douanes algériennes).  Selon notre source, le scandale des conteneurs de vêtements militaires a éclaté après que l’inspecteur chargé du dossier douanier  a été soumis à de terribles menaces et pressions de « puissants groupes », nous dit-on, afin de le pousser à faire passer la marchandise et à libérer les conteneurs après avoir trouvé la marchandise illégale. L’escalade des pressions a poussé l’inspecteur en charge du dédouanement à solliciter l’aide de son supérieur hiérarchique, un inspecteur en chef des opérations commerciales, le chef de l’inspection des douanes de Tébessa et le directeur régional de Tébessa, mais il n’a pas trouvé aucune oreille bienveillante et des pressions plus importantes ont été exercées sur lui sous de faux prétextes, notamment que le dossier est de sa compétence et doit agir selon les instructions. Face à cette situation, le propriétaire des marchandises, selon la même source, a insulté l’inspecteur des douanes sous prétexte qu’il avait dédouané 40 conteneurs des mêmes marchandises importées sans procéder à un examen physique des marchandises pour un autre importateur.  Immédiatement les supérieurs ont été informés, le chef de l’inspection des douanes de Tébessa,  ce dernier a informé le directeur régional de Tébessa, qui à son tour a informé le directeur général des douanes de cette question,  a expliqué la même source. Nous apprenons qu’une cinquantaine de personnes entre responsables et agents en douane ainsi que des fonctionnaires, font l’objet d’une enquête menée par la commission sécuritaire de haut niveau, qui va tenter, de mettre à nu les zones d’ombres sur les circonstances de cette affaire.

Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.