Les actions de Fertial détenues par Haddad transférées à Asmidal : Sonatrach récupère ses billes !

Sonatrach récupère la majorité des actifs du complexe industriel des engrais Fertial.  Le complexe industriel des engrais et « Asmidal », filiale du Groupe Sonatrach, a annoncé hier  l’achèvement de l’opération du transfert à son profit,par la direction des domaines de l’État, des actions qui étaient détenues par Ali Haddad, portant ainsi ses parts sociales à 51% du capital de l’entreprise.

La situation se normalise au sein du complexe Fertial. La compagnie nationale des hydrocarbures reprend la majorité du capital de l’entreprise et entend mettre à profit sa pleine souveraineté retrouvée sur cette unité stratégique pour mettre en œuvre le plan de développement qu’elle mérite. 

En effet, Asmidal, filiale du Groupe Sonatrach a annoncé hier avoir récupéré les 17% des actions du capital de Fertial, détenues par l’ex-président du forum des chefs d’entreprise (FCE) et Président directeur général du groupe ETRHB, Ali Haddad, lesquels viennent de lui être transférés officiellement. Selon une source proche du dossier, la démarche s’inscrit dans le cadre des décisions de justice, portant la confiscation des actifs qui appartenaient à Ali Haddad et son groupe, tout comme ceux des hommes d’affaires condamnés pour corruption et leur transfert vers le secteur public.Ainsi après les actifs de l’unité des huiles alimentaires de Jijel et l’unité Cogral d’Alger qui appartenaient aux frères Kouninef lesquels ont été transférés aux groupes publics Madar Holding et Agrodiv, cette nouvelle opération concrétise les objectifs tracés devant permettre au secteur public de récupérer les actifs perdus dans le cadre d’opérations de privatisations chaotiques et soumises à des intérêts cannibales. 

Ainsi et avec le transfert de ces 17% des actions, le capital, le groupe Asmidal est désormais détenteur de 51% du total des actions de « Fertial », a-t-on expliqué. Le transfert de ces actions va ainsi  permettre au complexe Asmidal d’avoir une majorité dans la société de Fertial basée à la wilaya d’Annaba. Ce qui va, de ce fait, lui  permettra d’entreprendre les investissements nécessaires pour maintenir les capacités de production des unités et aussi  les développer pour leur permettre de contribuer au développement de l’économie nationale. En couvrant les besoins du marché national en engrais et produits chimiques mais, surtout la préservation des  postes d’emplois, a-t-on assuré. Soulignons quel’usine d’ammoniac et de produits chimiques à Arzew, et l’usine de phosphates et d’engrais azotés à Annaba, appartenaient au complexe Asmidal.  Ils sont entrés en production respectivement en 1970 et 1972, et la société Fertial est le résultat de la fusion des sociétés « Fertial Annaba » et « Alzofert Arzio » en 2005. Après l’ouverture de son capital la même année, le partenaire espagnol « Grupo Villar Mir » a acquis 66% de ses actions, avant de céder en 2016, 17% de ses actions au complexe ETRHB Haddad.  A l’époque des faits cette cession avait été justifiée par le partenaire espagnol par la nécessité de se mettre en conformité avec la réglementation 51/49 et les actions ont été acquises par l’ETRHB en 2016 grâce à un crédit par nantissement de  BNP Paribas de 3,9 milliards de dinars. Une cession qui avait fait scandale, les travailleurs ayant multiplié les actions de protestation pour demander l’intervention du gouvernement et de la Sonatrach par l’exercice du droit de préemption. 

Notons que c’est la seconde fois que Haddad perd des actifs transférés vers le secteur public. Il a ainsi perdu les actifs de l’entreprise de production de tubes, située à Bethioua  transférés à Alfapipe, sur décision du Comité des participations de l’Etat.

Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.