Mustapha Mekideche, consultant en géoéconomie : «Les investissements d’aujourd’hui créent la croissance de demain»

«Ce sont les investissements d’aujourd’hui qui vont créer la croissance de demain. C’est ce qu’a indiqué hier le consultant en géo-économie, Mustapha Mekideche. Intervenant sur les ondes de la chaine 3 de la Radio nationale, le consultant a affirmé que «le contexte actuel est favorable à l’investissement après la consolidation du cadre macro-économique depuis en 2021». «Il est donc nécessaire d’œuvrer à l’augmentation du PIB à travers l’investissement massif», a-t-il plaidé, avant de revenir sur le projet de loi relatif à l’investissement adopté par le Conseil des ministres, ce dernier consacre le principe de la liberté d’investissement, vise l’amélioration du climat d’affaires à travers la suppression des entraves bureaucratiques. Le consultant en géo-économie déplore que «l’Algérie ait enregistré deux types de retards en matière d’investissement ». Le premier, explique l’Invité de la Rédaction de la Chaine III, «est lié au blocage bureaucratique de certains projets à différentes étapes de maturation tandis que le deuxième concerne notre absence des Investissements directs étrangers, IDE». Accélérant le pas dans le développement économique des pays développés, l’Algérie opte pour le non-alignement positif. Nombreuse sont ces crises qui se sont secoué l’économie mondiale durant ces deux dernières années, d’où le choix à porter nécessairement sur le mode économique à adapter tout en adoptant ses exigences au niveau des pays en fonction du contexte lambda y régnant.  L’invité de la Radio Algérienne a, en ce sens, expliqué que «les pays développés s’alignent sur un nationalisme économique visant à assurer leur souveraineté». Il cite comme exemple l’Algérie qui s’inscrit dans une logique de diversification de ses relations économiques à travers le non-alignement positif». Pour étayer ses dires, Mustapha Mekideche cite l’Italie qu’il juge de «partenaire historique de l’Algérie». «L’entreprise italienne ENI a participé à la construction de la raffinerie de Skikda, mais, également au développement des réseaux de transport d’hydrocarbure», a-t-il souligné, faisant remarquer que «la consolidation des relations stratégiques entre les deux pays leur permettra de s’ouvrir sur les énergies renouvelables».

Salim Abdenour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.