Réunion du Gouvernement : Garantir la sécurité numérique

La stratégie nationale de transformation numérique a été examinée hier en réunion du Gouvernement. Une stratégie devant permettre la concrétisation des objectifs en matière de numérisation de l’administration publique, mais aussi de mettre en place les conditions devant garantir et consolider la sécurité numérique du pays. 

C’est un long exposé que le ministre de la Postes et des Télécommunications et le ministre de la Numérisation et des Statistiques ont présenté hier lors de la réunion hebdomadaire du Gouvernement. Une réunion largement dédiée à la politique de transformation numérique. Si les exposés ont traité la question de la numérisation de l’administration et des services publics, un intérêt particulier a été accordé à la sécurité numérique et au renforcement de la connectivité et des capacités de l’Algérie en matière de bande passante.  

Ainsi, le ministre de la Numérisation et des Statistiques a présenté la stratégie nationale de la transformation numérique « qui vient en droite ligne de l’engagement n°25 de Monsieur le Président de la République et qui vise à améliorer la connectivité, généraliser l’usage des technologies de l’information et la communication (TIC), notamment dans les administrations de service public et améliorer la gouvernance du secteur économique », souligne un communiqué des services du Premier ministre.

La même source souligne que « les administrations ont développé dans le domaine des e-services 454 services publics en ligne déjà fonctionnels ainsi que 178 services publics en cours de numérisation ». Les éléments de cette stratégievisent à améliorer la gouvernance publique par la numérisation du service public et de renforcer l’écosystème pour promouvoir l’économie et la citoyenneté numérique tout en s’inscrivant dans une démarche transversale, collective et mutualisée, explique-t-on. Et d’ajouter que ces éléments portent sur plusieurs axes, notamment, l’impératif d’asseoir un environnement favorable à la transformation Numérique ; le développement de l’e-Gouvernance et l’accélération de la numérisation de l’administration ; la mise en place d’un écosystème favorable au développement de l’économie numérique ; et la promotion de la citoyenneté numérique.

Et dans la mesure où cette transformation numérique nécessite une base d’infrastructures opérationnelles, efficaces et sécurisées, le ministre de la Poste et des Télécommunications a présenté un exposé portant sur plusieurs thèmes notamment la création d’un Data center gouvernemental, le renforcement de la connectivité, la certification électronique et la sécurité numérique. Il a ainsi présenté un point de situation sur le projet de réalisation d’un Data Center Gouvernemental. Sa mise en place a pour objectif de répondre aux besoins actuels et futurs des institutions et administrations publiques en matière d’organisation, de traitement, de stockage et d’entreposage de grands volumes de données, tout en garantissant la continuité des services et la sécurité des données. Il a dans ce sens, dressé un constat sur les enjeux et les risques de la transformation numérique qui concernent les aspects de sécurisation des données des individus, des entreprises et des institutions et ceux liés au bon fonctionnement des systèmes informatisés dont les entreprises et les administrations modernes sont de plus en plus dépendantes. A cet égard, l’approche adoptée par le Gouvernement en la matière est fondée sur  la protection des citoyens et des infrastructures gouvernementales ; la réponse aux menaces éventuelles qui pèsent sur l’écosystème national ; le développement de l’expertise, des systèmes et des cadres de gouvernance ; et la coordination et la collaboration par la mise en place de mécanismes intersectoriels.

Le ministre a également présenté un point de situation sur le Schéma National de Certification Electronique, notamment sur les trois autorités sur lesquelles il repose, à savoir l’Autorité Nationale de Certification Electronique (ANCE), l’Autorité Gouvernementale de Certification Electronique (AGCE) et l’Autorité Economique de Certification Electronique (AECE). Ces autorités de certification électronique ont obtenu le sceau WebTrust consacrant leur reconnaissance internationale par les autorités paires.

Il a également présenté une communication qui retrace les objectifs de cette action qui vise la sécurisation du réseau international en diversifiant les points de liaison en Algérie et à l’international et d’augmenter la capacité de la bande passante internationale en prévision de l’évolution conséquente du trafic de données numériques. Aussi, il a présenté les principales opérations réalisées en vue d’atteindre ces objectifs, qui concernent notamment l’extension des capacités des systèmes de liaison par câbles sous-marins existants et l’adhésion à deux projets de nouveaux systèmes de liaison internationaux par câbles sous-marins. S’agissant de la bande passante internationale, le Ministre a précisé que l’Algérie est connectée au réseau mondial de l’internet à travers cinq câbles internationaux et que les capacités nationales disponibles depuis 2021, sont de 2.8 Terabytes par seconde. Enfin, pour sa part, le ministre Délégué auprès du Premier Ministre chargé de l’économie de la connaissance et des start-up a indiqué que l’Algérie s’inscrit depuis plusieurs années dans un processus de transformation digitale, axé essentiellement sur le développement d’une infrastructure numérique, l’émergence d’une véritable économie digitale et l’accès en ligne aux services publics.

Chokri Hafed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.