Vautour à tête de pygargue

« Pas besoin d’être brillant pour tenter un coup d’État. »  A qui le dites-vous !

Ça oui, nous l’avions constaté déjà du temps des hurluberlues qui regardaient le ciel en se prosternant devant un petit coup de laser ! 

On l’a vu plus tard chez nos voisins qui se gargarisaient des dividendes de la rente pétrolière et faisaient leurs études à l’étranger sans aucun effort. On l’a vu aussi chez nos autres voisins pris de folie jusqu’à réduire leur pays en le partageant en deux et sans qu’aucune partie ne connaisse la paix et la sécurité. On l’a vu en Syrie, au Liban et un peu partout en Afrique. Ce n’est pas des faucons qui ont pensé tout cela, ce n’étaient que des vautours à tête blanche, se faisant passer pour des pygargues. L’un d’eux, un des faucons de la Maison Blanche, John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, passe aux aveux  et reconnaît faire partie du laboratoire de planification des coups d’Etat, de putsch et les changements de régimes, à l’exemple du printemps arabe. Provoqué par un journaliste qui l’a piqué en lançant, « pas besoin d’être brillant pour tenter un coup d’État. », Bolton riposte : « Ayant moi-même contribué à planifier des coups d’État, pas ici, mais, vous savez, ailleurs ; cela demande énormément de travail. » 

Hallouf ! Maintenant « tu goules » ! Et nous, pauvres poires qui croyons aux balivernes de l’Oncle Sam, sommes partis guerroyés comme des Don Quichotte contre nos propres pays qu’on a mis à feu et à sang !

Faut-il donc se dire qu’ils sont fortiches ou bien, c’est nous qui sommes plus « débiles » (excusez la terminologie) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.