En guerre en Ukraine : Lavrov : « La Russie ne se concentre plus uniquement sur l’Est »

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a affirmé hier que les objectifs militaires de la Russie en Ukraine ne se limitaient plus uniquement à l’est du pays, mais concernaient aussi « une série d’autres territoires ». 

« La géographie est différente maintenant. Ce ne sont plus seulement les   républiques populaires de Donetsk et Lougansk (les territoires séparatistes de   l’est de l’Ukraine, ndlr), ce sont aussi les régions de Kherson et Zaporijjia (dans le sud, ndlr) et une série d’autres territoires, et ce processus continue, de façon constante et opiniâtre », a-t-il déclaré dans une interview à l’agence de presse Ria-Novosti et la chaîne RT. 

Sur le terrain, la Russie poursuit son avancé  à Kramatorsk. Cette  ville de 150.000 habitants est le centre administratif de  la partie de la région de Donetsk encore aux mains de Kiev. L’agglomération est située à une vingtaine de kilomètres du front et régulièrement touchée par des tirs et est devenue une cible stratégique pour la Russie qui cherche à s’emparer de la totalité du bassin du Donbass, en partie contrôlé par des séparatistes prorusses depuis 2014. 

La Russie avait annoncé samedi avoir officiellement mis fin à la « pause opérationnelle » de son armée décrétée quelques jours plus tôt, et les  bombardements ont repris avec plus d’intensité sur les villes du Donbass.  Dans la région d’Odessa, les forces russes ont tiré sept missiles, blessant   au moins six personnes dont un enfant, selon la Kiev.   Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé que ses frappes sur Odessa avaient détruit un stock de munitions fournies par les Occidentaux.      

Le chef du cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak, a souligné  la nécessité pour son pays de renverser la vapeur avant l’hiver pour ne pas permettre aux forces russes de s’installer durablement.  « Il est très important pour nous de ne pas entrer dans l’hiver. Après   l’hiver, quand les Russes auront plus de temps pour prendre pied, ce sera certainement plus difficile. Ils nous y entraînent. Il est très important pour  nous de ne pas leur donner cette possibilité », a-t-il dit à Novoïé Vremia. Pour cela, l’Ukraine réclame aux Occidentaux plus de systèmes d’artillerie   de précision et à longue portée, comme les lance-roquettes multiples Himars fournis par les Etats-Unis, affirmant qu’ils pourraient « changer la donne » et permettre une contre-offensive pour repousser l’armée russe.     

K. LARBI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.