De nouvelles agressions sur Ghaza font des morts et des blessés : Nouvelle escalade de violence sioniste

L’entité sioniste a lancé vendredi une nouvelle série d’agressions contre la Bande de Ghaza enclenchant un nouveau cycle de violence dans la région. 

Dix Palestiniens sont tombés en martyrs, dont une fillette et une femme, et 55 autres ont été blessés, dans une série de frappes aériennes de l’armée d’occupation sioniste vendredi sur la bande de Ghaza, selon un bilan du ministère palestinien de la Santé. C’était le premier d’une série de raids et d’attaques que l’entité sioniste entend mener pendant encore une semaine. Hier, l’armée d’occupation a lancé une nouvelle série d’attaques contre la Bande de Ghaza, faisant plus d’une dizaine de blessés. Selon l’agende de presse palestinienne Wafa, 14 civils palestiniens, y compris des femmes et des enfants, ont été blessés lors d’un raid israélien contre des maisons, des terres agricoles et des différentes zones dans la bande de Ghaza.  Les blessés ont été transférés à l’hôpital d’Al-Shefa à l’ouest de la ville de Gaza, pour les soins. En parallèle de ces attaques, l’occupation a intensifié la répression en Cisjordanie occupée. Ainsi, l’occupation sioniste a lancé une campagne d’arrestations en Cisjordanie occupée, arrêtant 20 citoyens Palestiniens, selon des sources locales palestiniennes.  Les mêmes sources ont révélé que les forces de l’occupation ont arrêté cinq ex-prisonniers à Jénine, six à Ramallah, quatre autres à Hébron, un ex-prisonnier à Tulkarem, trois au nord de la ville de Jérusalem et un dans la Vallée du Jourdain. 

Par ailleurs, des dizaines de jeunes palestiniens ont été asphyxiés par les gaz lacrymogènes lors de heurts avec l’armée de l’occupation sur l’entrée de la ville d’Al-Bireh, selon des sources locales palestiniennes.  Les forces de l’occupation ont tiré des bombes assourdissantes et du gaz lacrymogène en direction des jeunes palestiniens qui protestaient contre l’agression israélienne contre la bande de Gaza, ce qui a causé des dizaines de cas d’asphyxie.  Il importe de mentionner que les forces de l’occupation ont également entravé le travail des journalistes qui essayent de couvrir les évènements.

Ces nouvelles attaques ont suscité une nouvelle vague d’indignation. Dans ce sens, la présidence palestinienne a condamné vendredi l’agression sioniste contre la bande de Ghaza et  a appelé la communauté internationale à « contraindre » l’entité sioniste à « mettre fin à l’agression contre notre peuple, en particulier à Ghaza, et à lui fournir une protection internationale », a-t-on ajouté de même source. De son côté, le porte-parole du Mouvement de libération nationale palestinien « Fatah » Munther al-Hayek a déclaré que « les bombardements de Ghaza et le ciblage et l’intimidation de civils sans défense est un nouveau crime qui s’ajoute aux crimes commis par le forces d’occupation contre notre peuple ». Dans un communiqué de presse, al-Hayek a appelé la communauté internationale et les médiateurs à « intervenir immédiatement pour empêcher l’occupation de commettre plus de massacres contre notre peuple ». Pour sa part, le Premier ministre palestinien, Muhammad Shtayyeh a dénoncé et condamné cette agression, portant aussi à l’occupant sioniste l’entière responsabilité de cette dangereuse escalade.  « Nous exigeons de la communauté internationale qu’elle assure la protection de notre peuple et l’arrêt immédiat de l’agression (sioniste) contre la bande de Ghaza », a-t-il dit.  Dans ce contexte, des dizaines de Palestiniens à l’intérieur des territoires de 1948 ont participé à un sit-in de protestation dans la ville de Haïfa, dénonçant l’agression sioniste contre la bande de Ghaza, selon WAFA. Les participants ont brandi des banderoles soutenant les habitants de la bande de Ghaza, appelant à la fin de l’agression.

Sur le plan international, lme secrétaire général de La ligue arabe, le Parlement arabe, la Turquie et l’Algérie ont tous condamné l’agression sioniste menée contre la bande de Gaza, dans des communiqués de presse.  La Ligue arabe a  appelé la communauté internationale, notamment le conseil de sécurité et les organisations des droits de l’Homme à intervenir immédiatement pour mettre fin à cette agression et fournir la protection internationale pour le peuple palestinien.  En outre, le Parlement arabe a condamné l’agression israélienne contre le peuple palestinien et le ciblage des civils non-armés dans la bande de Gaza, qui a causé le martyre de 10 citoyens et des dizaines de blessés.  Le Parlement  a également exhorté la communauté internationale à intervenir immédiatement pour arrêter cette escalade contre le peuple palestinien. 

De son côté, l’Union européenne a dit suivre suit avec une grande inquiétude les derniers événements survenus dans la bande de Ghaza.   L’UE demande » une retenue maximale de toutes les parties afin d’éviter une nouvelle escalade et de nouvelles pertes ». 

Enfin, la Russie a exprimé hier son inquiétude concernant les derniers développements dans la bande de Ghaza, affichant son soutien aux droits du peuple palestinien, notamment son droit à créer son Etat indépendant sur les frontières de 1967, selon les résolutions du conseil de sécurité et l’assemblée générale des Nations Unies. 

Dans un communiqué de presse publié aujourd’hui, le ministère des affaires étrangères de Russie a  souligné l’importance de trouver une solution durable pour le conflit palestino-israélien, sur la solution à deux Etats.

Chokri Hafed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.