Guerre en Ukraine : Poutine annonce la mobilisation partielle en Russie

Le président russe Vladimir Poutine a prononcé hier un discours dans lequel il a évoqué le déroulement de « l’opération militaire spéciale visant à démilitariser et dénazifier l’Ukraine et à libérer le Donbass ». A l’occasion, il a annoncé la mobilisation partielle des réservistes dès le 21 septembre (hier, Ndlr). Un décret correspondant, a-t-il précisé, a déjà été signé.

Vladimir Poutine a ajouté que « seuls les citoyens qui sont actuellement dans la réserve et, surtout, ceux qui ont servi dans les forces armées et ont une expérience pertinente seront soumis à la mobilisation ».Avant d’être envoyées dans des unités, les personnes appelées à servir suivront une formation militaire supplémentaire, en tenant compte de l’expérience de l’opération militaire spéciale. Le gouvernement russe a déjà défini les catégories des citoyens qui auront le droit de reporter leur mobilisation. Dans un discours vidéo qui a suivi celui du chef du Kremlin, le ministre russe de la Défense a donné plus de précisions sur la mobilisation partielle, notamment le nombre de réservistes, et sur les pertes des deux côtés lors du conflit ukrainien. Près de 300 000 citoyens, âgés de 65 ans pour les plus vieux, seront appelés sous les drapeaux. Concernant les pertes russes, Moscou a reconnu la mort de 5937 soldats depuis le 24 février.

Selon Moscou, « l’objectif de l’opération spéciale est la libération complète du Donbass ». Le président russe a rappelé dans son discours que « le but de l’Occident est d’affaiblir, diviser et détruire la Russie », indiquant que des responsables occidentaux « en parlent déjà à haute voix ». Vladimir Poutine a fait savoir que l’Occident «dit déjà directement qu’en 1991, ils ont pu diviser l’Union soviétique, et maintenant le moment est venu pour la Russie (…) de se diviser en de nombreuses régions mortellement hostiles les unes aux autres».

Dans ces conditions, « la décision de lancer une opération spéciale préventive était la seule mesure possible. Aussi, la libération de tout le territoire du Donbass reste l’objectif inchangé », a souligné le dirigeant russe». « Ils ont encouragé des groupes terroristes internationaux dans le Caucase, ont fait progresser les infrastructures offensives de l’Otan près de nos frontières. Ils ont fait de la russophobie totale leur arme. Pendant des décennies ils ont nourri délibérément la haine contre la Russie, principalement en Ukraine. Le peuple ukrainien a été transformé en chair à canon et poussé à la guerre avec notre pays, la déclenchant en 2014, utilisant les forces armées contre la population civile, organisant un génocide, un blocus, la terreur contre ceux qui ont refusé reconnaître un pouvoir né en Ukraine lors d’un coup d’État», a regretté Vladimir Poutine.Le Président russe n’a pas manqué aussi d’aborder la situation dans les Républiques populaires de Lougansk et de Donetsk. Selon lui, la RPL a déjà été presque complètement débarrassée des néonazis tandis que les combats dans la RPD se poursuivent. « La politique d’intimidation et de terreur du régime de Kiev prend des formes de plus en plus horribles et barbares. La répression contre les citoyens ukrainiens s’intensifie», a souligné Poutine. Dans de telles circonstances, a-t-il ajouté, son pays soutiendra la décision de mener des référendums sur l’intégration à la Russie dans les républiques du Donbass, ainsi que dans les régions de Kherson et Zaporojié. « Pour sa part, la Russie fera tout pour assurer des conditions sûres pour la tenue de référendums, « afin que les gens puissent exprimer leur volonté », a conclu le président Poutine.

K.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.