Un week-end politique animé : Questions organiques et pouvoir d’achat dominent l’activité partisane

L’activité politique a été intense ce week-end avec l’organisation de plusieurs événements, aussi nationaux que locaux, par les formations politiques les plus en vue.

A cet effet, le Parti des travailleurs (PT) a tenu, vendredi, une réunion de son bureau politique. Commentant la situation politique internationale, notamment avec la crise russo-ukrainienne, sa secrétaire générale, Louisa Hanoune, s’est attardée dans son rapport politique d’ouverture des travaux de la réunion, sur la situation interne. Elle a évoqué, dans ce sens, la «dégradation du pouvoir d’achat», la rentrée scolaire, avec, comme elle le signale, le problème de la «surcharge des classes», et d’une manière générale, «le manque des conditions élémentaires d’enseignement dans les écoles», ou encore «l’improvisation», comme elle le qualifie, qui a caractérisé l’introduction de l’enseignement de l’Anglais dans le cycle primaire. La secrétaire générale du PT a estimé qu’ «une refonte totale de la politique sociale en cours, est une nécessité vitale pour relancer la consommation des ménages qui booste la production des biens et services et donc crée des emplois». A ce titre, elle estime que «la seule solution durable réside dans l’échelle mobile des salaires et des pensions c’est-à-dire leur indexation de façon permanente sur le coût de la vie, et une augmentation de 100% de la valeur du point indiciaire telle que revendiquée par les syndicats de la fonction publique». Elle préconise, dans le même ordre, «le plafonnement des prix des produits de large consommation», ainsi que «davantage de mesures de péréquations au profit des agriculteurs, appuyées par une aide suffisante de l’État couvrant leurs besoins à leur profit et au profit des éleveurs, des pêcheurs, à la production industrielle dont celle de l’agroalimentaire, la prise en charge par l’État des besoins nécessaires tant sur le plan humain que matériel à une scolarisation correcte des enfants, tous les enfants». Pour finir, Louisa Hanoune a tenu à évoquer «la question des libertés qui, malheureusement, n’a connu aucune avancée positive, qui annoncerait la fin du cauchemar de la répression des arrestations/emprisonnements pour délit d’opinion, en exercice des droits politiques». Selon elle, «la requête adressée par le sénateur US Rubio, au secrétaire d’État Blinken pour que soient imposées des sanctions à notre pays en raison de l’achat d’armes à la Russie, vient nous rappeler que nous ne sommes pas immunisés contre l’ingérence et le chantage étrangers». «Alors ne faut-il pas méditer ces développements pour immuniser notre pays, ôter tous les prétextes à l’ingérence étrangère par la même il s’agit de renforcer la cohésion nationale et rétablir pleinement la place de notre pays, sur la scène mondiale, régionale et continentale», a-t-elle fini par dire.

Par ailleurs, le Front de libération nationale (FLN) poursuit la préparation de son congrès qui devra se tenir à la fin du mois de novembre. A cet effet, après la réunion tenue au siège du parti, à Alger, dimanche dernier, avec les présidents des comités de transition des Mouhafadas, deux parmi ces dernières se sont réunies pour leur part, dans le cadre des préparatifs, notamment pour débattre des documents qui leurs sont soumis, comme le programme du parti, ses statuts et son règlement intérieur. Ce vendredi, c’était donc autour de la Mouhafada de Biskra. Dans un communiqué, le FLN a tenu à signaler que les participants ont «exprimé leur soutien au SG, Abou El Fadl Baadji». Un soutien déjà exprimé  dimanche dernier lors de la rencontre tenue à Alger.

Le Front des forces socialistes (FFS), qui prépare également son congrès – il a été décalé au mois de décembre alors qu’initialement il devait se tenir les 29, 30 septembre et 1er octobre -, a commémoré, quant à lui, ce week-end le 59e anniversaire de sa proclamation. Dans ce cadre, des responsables du parti, entre autres, les membres de l’Instance présidentielle (IP) Hakim Belahcel et Brahim Meziani, le Coordinateur de comité d’éthique Mohand Amokrane Chérifi, le premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, ainsi que des secrétaires nationaux, ont «procédé vendredi 29 septembre 2022 au cimetière de M’Douha à Tizi Ouzou au dépôt d’une gerbe de fleurs à la stèle commémorative des Martyrs 1963 rendant hommage à leur mémoire», comme l’a indiqué le parti dans un communiqué. A ce titre, un meeting a été organisé également hier à Alger.

Plusieurs autres formations politiques ont également organisé des activités internes. La Rassemblement national démocratique (RND) a tenu, vendredi et samedi, à Chlef, une «rencontre nationale des élus». Entre autres thématiques retenues, le «rôle de l’élu local dans la consolidation du développement local dans le cadre de la révision du code communal et de wilaya», la «relation de complémentarité entre le parlementaire, l’élu local et le programme du parti» ou encore «l’élu et l’investissement». Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) poursuit, pour sa part, le renouvellement de ses instances locales. Vendredi, c’était autour de son bureau régional de Bouira avec l’installation de ses nouveaux membres. En dernier lieu, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a tenu, vendredi aussi, sa troisième rencontre nationale «des commissions sectorielles» qui a enregistré la participation de plus de 110 cadres du parti des différentes wilayas du pays, comme indiqué par son service de communication.

Elyas Nour 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *