Hausse aléatoire des prix de l’eau minérale à Annaba : L’absence de contrôle à l’index

En dépit des recommandations du ministère du Commerce, de nombreux magasins et des propriétaires de kiosques à Annaba ont imposé des augmentations aléatoires des prix de l’eau minérale.

En effet, sans aucun préavis, cette hausse des prix imposée du jour au lendemain a placé le consommateur devant le fait accompli. Une augmentation qui semble s’appliquer en l’absence du contrôle des services de la Direction du commerce de la wilaya d’Annaba (DCP).  Le prix d’une bouteille d’eau minérale de 1,5 litre est cédé depuis plusieurs mois déjà à 40 DA et 45 DA dans les commerces de vente de produits alimentaires, alors qu’elle est vendue à 50 DZD à l’intérieur des cafés. L’augmentation ne se limite pas uniquement à la bouteille d’eau minérale, car, il faut compter 5 DA de plus si l’eau est fraîche. Dans le même contexte, le prix de la bonbonne d’eau de 5 litres a grimpé à 170 DA.  Une situation qui a suscité la surprise des consommateurs qui ont qualifié l’augmentation d’aléatoire, nous dit-on. La bouteille d’eau minérale qui coûtait 30 DA, ne semble plus être accessible pour le commun des mortels en raison de cette augmentation décidée de façon unilatérale. Signalons que plus de 70% des ménages dans la wilaya d’Annaba, consomment de l’eau minérale en raison de la qualité peu potable de l’eau du robinet. Dans une virée chez plusieurs commerçants du gros, propriétaires d’entrepôts notamment à El Hadjar, Sidi Amar et El Bouni, il a été constaté que la bouteille de 1,5 l d’eau minérale est vendue à 30 DA, alors qu’elle coûtait 25 DA. Une hausse justifiée selon plusieurs commerçants du gros, par  la hausse du prix sortie usine. Ces derniers ont mis en avant la rareté de la matière première pour la fabrication des bouteilles en plastiques. Rappelons quele ministère du commerce a souvent recommandé de  réduire le prix  de l’eau minérale. Or, les recommandations de la tutelle sont foulées au pied par les détaillants et les commerçants de la vente du gros à Annaba oùle contrôle de la DCP fait totalement défaut. En effet, cette augmentation aléatoire de l’eau minérale remonte à plus de deux ans déjà. Dans le même contexte, l’augmentation aléatoire a également touché d’autres produits de large consommation, dont l’huile de table, le lait, la semoule et la farine, entre autres, contraignant le consommateur, fortement éprouvé par la dégradation de son pouvoir d’achat, à céder sous le poids de la nécessité.

Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *