Karim Ouamane, Directeur général de l’AND : Les sacs en plastique coûtent 23 milliards DA par an

Le Directeur général de l’Agence nationale des déchets, Karim Ouamane, a mis en avant hier la nécessité d’investir dans l’économie circulaire et le recyclage, en sus du changement de certaines habitudes de consommation qui nuisent à l’environnement et grèvent les ressources du Trésor public. Le premier responsable de l’AND a particulièrement pointé du doigt le recours aux sacs en plastique. Une question qui fait débat depuis des années, et qui reste cependant, une problématique environnementale majeure. Invité à s’exprimer sur les ondes de la deuxième chaine de la radio algérienne, le même responsable a indiqué dans ce sens que les Algériens consomment annuellement plus de 23 milliards de dinars de sacs en plastiques, du moins selon le décompte des déchets plastiques enregistré par l’Agence qu’il dirige. Il met ainsi en avant tout le potentiel économique des déchets pour peu qu’il soit valorisé. Il rappelle ainsi les missions de l’AND chargée d’accompagner toutes les politiques et stratégies nationales dans le domaine de la gestion des déchets et de promouvoir toutes les activités liées à toutes les étapes de la gestion des déchets, y compris la collecte, le tri, le recyclage et l’élimination définitive des déchets.

Karim Ouamane a indiqué dans ce sens que les déchets générés par les Algériens représentent une valeur marchande de 95 milliards de dinars par ans, soulignant la nécessité pour les entreprises et les structures de réutiliser tous les déchets récupérés et de consacrer des fonds importants à diverses opérations liées à la gestion des déchets. Il a estimé cependant que ce segment reste largement sous valorisé, dans la mesure où les activités de recyclage dans leur ensemble ne prennent en charge que 9,83% de ce potentiel économique, ce qui démontre, ajoute-il, opportunité que représente la recyclage des déchets, un domaine qui attire les investissements et crée de nombreux emplois.

Et d’expliquer que la seule division de recyclage des déchets plastiques peut créer  fournir 15 000 emplois, car cette division représente 3,6 % du total des déchets. Le Directeur général de l’AND a également précisé que 53% de ces déchets peuvent être traités et valorisés.

Notons que selon les chiffres du Centre national du registre de commerce, près de 22.000 opérateurs activent dans le domaine de la récupération et du recyclage de déchets.

Dans une déclaration à l’APS en marge du 6e Salon international de récupération et de valorisation de déchets (REVADE), la directrice de la coopération et de la communication au CNRC, Nadjet Oulmi, a indiqué que le nombe de personnes physiques activant en matière de recyclage de déchets, tous types confondus, avait atteint jusqu’au 9 octobre en cours 14.900 personnes, alors que le nombre de personnes morales s’élève à 7.000, soit un total de 21.900 personnes.Et d’ajouter que la récupération des produits non ferreux est l’activité la plus sollicitée par ces opérateurs dont le nombre est de 3.947 personnes, alors que le nombre de personnes morales est de 1.551.L’élimination et le traitement des déchets vient en deuxième position avec 2.945 personnes physiques et 1.548 personnes morales, selon la même source.Par ailleurs, l’activité de récupération des anciens métaux et le traitement des divers déchets industriels, fait partie des activités importantes des opérateurs en la matière avec 3.034 personnes physiques et 87 morales, avance Mme Oulmi.     D’après la même responsable le nombre d’activités relatives à la récupération et au recyclage de déchets est de 16 activités.

Hocine Fadheli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *