Le groupe Stellantis signe la convention d’investissement / Usine Fiat : les choses sérieuses commencent !

Le constructeur automobile entend produire 60.000 véhicules Fiat dès la première année de mise en service de l’usine d’Oran, avant de porter les capacités à 90.000 véhicules par an.

Le constructeur automobile Stellantis détenteur de la marque italienne Fiat a signé hier la convention d’investissement avec l’Agence algérienne de promotion de l’investissement, organe chargé de la gestion des grands projets d’investissement, ainsi que le nouveau cahier des charges relatif à la construction automobile lequel a été publié il y a quelques jours.

Cette signature est synonyme du début de concrétisation effective du projet de réalisation d’une unité de production de véhicules Fiat en Algérie, après le paraphe, le 13 octobre dernier à Alger, d’un accord-cadre entre le constructeur et le ministère de l’Industrie. Un projet qui doit permettre la production des premiers véhicules Fiat en Algérie avant la fin de l’année 2023 et qui doit donner corps à la politique des pouvoirs publics en matière de construction automobile que ce soit en termes de qualité, de taux d’intégration et d’adaptation aux évolutions technologiques du marché. C’est ce que le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar a tenu à souligner hier en marge de la cérémonie de signature. Le ministre a ainsi indiqué que « l’année 2023 marquera le lancement réel de l’industrie automobile en Algérie ». Il a précisé que la démarche gouvernementale ne s’appuiera pas seulement sur le développement de l’industrie automobile, mais concernera la construction mécanique dans son ensemble avec l’ambition de développer les filières de production de camions et de bus.

Pour sa part, Samir Cherfan, directeur des opérations pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord au sein de Stellantis a réaffirmé les engagements du constructeur en termes de taux d’intégration et de qualité des véhicules. Il a dans ce sens indiqué que le premier véhicule Fiat sortira de l’usine d’Oran avant fin 2023. Il précise aussique l’usine Fiat d’Oran produira 60 000 véhicules par an dans un premier temps, avant d’atteindre 90 000 véhicules par an dans sa seconde phase de développement. Samir Cherfan a réaffirmé que Fiat s’évertuera à apporter le meilleur pour cette usine que ce soit en terme de qualité des véhicules, de standards internationaux, notant que des détails supplémentaires liés aux lignes de production, les gammes de véhicules à produire et le taux d’intégration seront annoncés dans lesphases à venir.

Selon Samir Cherfan, le projet Fiat s’articule autour de 3 axes principaux qui sont l’implantation de la filière industrielle avec un taux d’’intégration initial de 30%. Le deuxième axe est lié au transfert de technologie et à la formation, et le troisième au lancement de la  production avant la fin de l’année 2023. Notons que l’usine automobile Fiat sera implantée dans la zone industrielle de Tafraoui, Stellantis qui détient également la marque Peugeot PSA ayant récupéré les structures devant au départ recevoir le projet d’une usine Peugeot.

Hocine Fadheli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *