Comment faire face à la triple crise des pays vulnérables

Le monde peut sortir plus fort de ses crises sanitaires, économiques et climatiques interdépendantes, mais le succès exigera des mesures audacieuses, urgentes et clairvoyantes. Les dirigeants mondiaux doivent agir aujourd’hui pour assurer un redressement durable et équitable qui ne néglige pas les populations les plus vulnérables.
Par Manish Bapna
et Muhammad Musa

WASHINGTON, DC – L’année 2020 a tout changé. Le monde est maintenant confronté à des crises sanitaires, économiques et climatiques interdépendantes qui n’ont aucun parallèle historique. Ces menaces convergentes affectent tout le monde, mais sont particulièrement dévastatrices pour les pays en développement vulnérables.
La tragédie est que ces pays reçoivent relativement peu de soutien public direct pour renforcer leur résilience au changement climatique, et l’aide au développement est réduite plutôt qu’étendue. Comme l’a noté le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors du récent Sommet des Nations Unies sur l’ambition climatique, les pays développés ne sont pas sur la bonne voie pour honorer leur engagement de fournir 100 milliards de dollars par an pour soutenir les efforts des pays en développement en matière de climat.


La communauté internationale doit maintenant faire preuve de solidarité et aider les pays vulnérables à résister aux multiples menaces auxquelles ils sont confrontés. Le faire est dans l’intérêt de tous, car les effets du changement climatique, de la pandémie du covid-19 et des chocs économiques ne connaissent pas de frontières. Rien qu’en 2020, plus de 50 millions de personnes ont été touchées par des catastrophes liées au climat tout en étant également confrontées à la pandémie et à la crise économique. Des typhons et cyclones qui frappent les villes d’Asie du Sud-Est aux graves sécheresses qui ont dévasté les agriculteurs africains, les conséquences ont été graves. D’ici la fin de 2021, la pandémie pourrait conduire 150 millions de personnes supplémentaires dans le monde dans l’extrême pauvreté. Les recherches de la Commission mondiale sur l’adaptation montrent que chaque dollar investi dans la résilience génère jusqu’à 10 dollars de bénéfices économiques nets. Ces dépenses peuvent donner aux pays vulnérables une impulsion économique urgente pendant la crise du covid-19 et améliorer les moyens de subsistance des populations.
Beaucoup de ces États, du Bangladesh aux Fidji, renforcent déjà leur résilience aux menaces climatiques – mais ils ont besoin d’un soutien international plus important pour relever le défi à grande échelle. Les dirigeants mondiaux doivent donc intensifier leurs efforts en investissant davantage, en investissant tôt et en investissant localement.


Bien que les décideurs aient jusqu’à présent mobilisé 13.000 milliards de dollars pour la reprise économique, seule une très petite partie de ce montant a été dépensée par les pays en développement à faible revenu. Ces économies ont été en mesure d’allouer seulement 2% de leur PIB aux mesures de réponse et de relance covid-19, tandis que les économies plus riches ont dépensé 8,8% de leur PIB en moyenne. Pendant ce temps, le coût pour aider les pays en développement à s’adapter au changement climatique atteindra entre 140 et 300 milliards de dollars par an d’ici 2030 – une fraction de ce qui a été dépensé pour les efforts mondiaux de reprise après le covid-19.

Ce n’est pas le moment pour les pays riches d’être radins. L’Histoire a montré qu’en cas de crise, les gouvernements peuvent fournir plus de ressources sans alimenter l’inflation. Après la crise financière de 2008, par exemple, les pays qui ont intentionnellement enregistré d’importants déficits budgétaires, comme les États-Unis et la Chine, ont mieux réussi que ceux qui ont réduit leurs dépenses. De nombreuses études confirment cet effet économique positif. De plus, plus tôt la communauté internationale agira, mieux nous serons. Comme la pandémie du covid-19 l’a clairement montré, il est préférable et moins coûteux d’investir dans la préparation aujourd’hui que d’attendre que la prochaine crise éclate. Les investissements dans la résilience peuvent atténuer les pertes futures dues aux tempêtes, aux inondations et aux sécheresses, tout en créant des opportunités économiques et en améliorant le bien-être social. Par exemple, rendre les infrastructures plus résilientes au climat peut augmenter les coûts initiaux d’un projet d’environ 3%, mais en retourne quatre fois plus. De même, investir dans des systèmes d’alerte précoce peut sauver d’innombrables vies et biens. Dépenser 800 millions de dollars dans ces systèmes dans les pays en développement pourrait éviter des pertes de 3 à 16 milliards de dollars par an.


Le Bangladesh a constaté les avantages d’une telle action précoce. Le pays a investi massivement dans l’amélioration des systèmes d’alerte précoce et des interventions en cas de catastrophe dans les décennies qui ont suivi le cyclone Bhola, qui a tué 300 000 personnes en 1970. Bien que chaque décès résultant d’une catastrophe naturelle soit une tragédie, lorsque le cyclone Amphan, une tempête de même ampleur, a frappé Bangladesh en mai 2020, le nombre de morts s’élevait à des dizaines. Enfin, lors de la mise en œuvre de ces investissements, les gouvernements doivent veiller à ce que le financement parvienne au niveau local. Les communautés locales sont en première ligne à la fois du Covid-19 et des crises climatiques, mais ont rarement une voix dans les interventions qui les affectent le plus. Le financement direct des acteurs locaux et nationaux ne représentait que 2,1% de l’aide humanitaire internationale totale en 2019. À l’instar d’autres mesures de résilience, investir dans les communautés locales offre de multiples avantages au-delà de la simple gestion des risques climatiques. Au Kenya, un programme gouvernemental visant à habiliter les gouvernements locaux et les communautés à renforcer la résilience climatique a donné aux ménages un meilleur accès à l’eau, des revenus plus élevés et une sécurité alimentaire améliorée.


De nombreuses solutions existent pour obtenir des financements au niveau local. En 2019, le BRAC a créé le Climate Bridge Fund au Bangladesh pour aider les organisations à but non lucratif locales des communautés touchées par le changement climatique à obtenir un meilleur accès au financement. Le programme aide à réaliser des projets de résilience climatique menés localement – comme la modernisation des infrastructures dans les bidonvilles pour résister aux tempêtes et aux inondations – qui pourraient autrement être négligés au profit d’initiatives de plus grande envergure. Le monde peut sortir plus fort des crises sanitaires, économiques et climatiques interdépendantes, mais le succès exigera une action audacieuse, urgente et clairvoyante. Le prochain Sommet sur l’adaptation au climat et la conférence sur le climat de la COP26 de novembre à Glasgow constitueront des points de contrôle importants pour la communauté internationale. Mais nous ne pouvons pas attendre jusque-là pour faire avancer les mesures d’adaptation. Les dirigeants du monde doivent agir aujourd’hui pour assurer une reprise durable et équitable qui soutienne les populations les plus vulnérables.

Copyright: Project Syndicate, 2021.
www.project-syndicate.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.