L’ONU vote une extension du mécanisme d’aide humanitaire

Syrie

Le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé vendredi à l’unanimité une résolution prolongeant de six mois, renouvelables sous condition, le mécanisme onusien d’aide humanitaire transfrontalière à la Syrie sans l’aval de Damas, qui expirait samedi. Le texte est une synthèse de deux projets concurrents portés cette semaine d’un côté par l’Irlande et la Norvège, de l’autre par la Russie. La durée de l’extension est interprétée différemment par les Etats-Unis, pour qui elle est d’un an, et la Russie qui considère qu’il s’agit de six mois renouvelables en fonction d’un rapport attendu en fin d’année du secrétaire général de l’ONU. Des diplomates ont précisé qu’un nouveau vote dans six mois n’était pas obligatoire. La résolution décide une extension du mécanisme pour le seul point d’accès de Bab al-Hawa, à la frontière nord-ouest de la Syrie avec la Turquie, « avec une prorogation d’un délai supplémentaire six mois, c’est-à-dire jusqu’au 10 juillet 2022, sous réserve de la publication d’un rapport substantiel du secrétaire général ». Ce rapport devra mettre « un accent particulier sur la transparence des opérations et les progrès sur l’accès via les lignes de front pour répondre aux besoins humanitaires », précise la résolution. Elle est le fruit d’un compromis obtenu entre les Etats-Unis et la Russie, lors de négociations de dernière minute, élargies aux trois autres membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Royaume-Uni et France). L’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia, a souligné qu’après le sommet récent à Genève des présidents Vladimir Poutine et Joe Biden, l’accord sur le mécanisme était « historique ».

« Pour la première fois, la Russie et les Etats-Unis sont non seulement parvenus à s’accorder, mais ils ont aussi présenté un texte commun appuyé par tous les collègues du Conseil ». « Nous espérons que ce scénario représentera un tournant qui bénéficiera non seulement à la Syrie, mais aussi à l’ensemble de la région du Moyen-Orient et à l’ensemble du monde », a-t-il ajouté. De son côté le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a salué la décision du Conseil de sécurité. « L’aide humanitaire transfrontalière reste une bouée de sauvetage pour des millions de personnes dans la région et au-delà. Le renouvellement (du mécanisme) garantira la poursuite de l’aide humanitaire pour plus de 3,4 millions de personnes dans le besoin, dont 1 million d’enfants « , a souligné son porte-parole dans une déclaration de presse. L’ONU rappelle toutefois que les besoins humanitaires dans le Nord-ouest de la Syrie continuent de dépasser la réponse en cours.  » Comme le secrétaire général l’a souligné au Conseil, avec des passages supplémentaires et un financement accru, les Nations Unies pourraient faire davantage pour aider le nombre croissant de personnes dans le besoin  » a indiqué le porte-parole. Les Nations Unies continuent de discuter avec toutes les parties pour faciliter également les convois à travers les lignes de front.  » Ils sont essentiels pour l’expansion de la réponse globale alors que les besoins humanitaires continuent de croître « , a-t-il  précisé.

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.