Les Algériens ciblés par un logiciel espion israélien : L’obsession du Makhzen

L’Algérie est la cible d’une véritable guerre électronique, dans laquelle le voisin de l’Ouest joue un rôle de premier plan. Plusieurs experts avaient averti, à plusieurs reprises, quant aux dangers que représentent les guerres de 3e et 4egénération menées contre l’Algérie. Le scandale Peagasus révélé cette semaine par Amnesty internationale et Forbidden Stories confirment que l’Algérie est la cible d’attaques planifiées et structurées, menées certes par un Makhzen aux ordres et qui fait dans la sous-traitance pour le compte de l’entité sioniste.

Le Makhzen s’est empêtré dans un nouveau scandale. Après avoir été épinglé pour son recours au logiciel espion israélien Peagasus développé par NSO pour mettre sur écoute journalistes, opposants et militants des droits de l’homme, le consortium des journalistes d’investigation de Forbidden Stories, en collaboration avec Amnesty international a révélé que les services de renseignement marocains ont infecté des milliers de téléphones appartenant à des dirigeants, des hommes politiques et des journalistes de plusieurs pays par ce logiciel espion. En tête des pays ciblés, se trouve l’Algérie où pas moins de 6.000 téléphones ont été ciblés par le Makhzen pour être espionnés.

L’enquête révèle quesur les 50.000 numéros de téléphone pistés par le logiciel espion israélien, le Maroc a en ciblé 10.000 sont 6.000 en Algérie. Dans cette longue liste de numéros sélectionnés pour être la cible d’espionnage, figurent ceux de nombreux diplomates algériens en poste à l’étranger, notamment l’ambassadeur d’Algérie en France et de l’attaché militaire de l’ambassade mais aussi de diplomates européens en poste en Algérie comme l’ambassadeur de France en Algérie de l’attaché militaire de cette même chancellerie, ainsi que celui de l’ambassadeur de l’Union européenne à Alger. Le Makhzen a également ciblé les numéros de hauts dirigeants, d’hommes politiques et de journalistes et des défenseurs algériens des droits de l’Homme et de la cause sahraouie.

Cette affaire confirme bien l’obsession qui consume le régime marocain pour l’Algérie et son attitude belliqueuse et agressive envers notre pays et qui s’est illustrée par les nombreuses attaques qu’il mène. À la guerre de désinformation et les cyberattaques que le Makhzen a lancé depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, s’ajoute la sale guerre qui s’appuie sur le narcotrafic, les tentatives d’atteinte à l’économie nationale via l’introduction de fausse monnaie par les frontières, ou encore les manœuvres désespérées pour porter atteinte à l’unité nationale, via le financement du mouvement séparatiste et terroriste MAK.  Des liens avec le MAK que le Makhzen a lui-même confirmé, la semaine dernière lorsqu’il a distribué une note aux pays du Mouvement des non-alignés pour afficher son soutien à un prétendu « droit à l’autodétermination du peuple Kabyle » et dans laquelle il reprend les éléments de langage du MAK.  Au-delà, l’affaire Peagasus confirme surtout le rôle joué par le Maroc, en tant que sous-traitant pour l’entité sioniste, dans la mise en œuvre de l’agenda de déstabilisation de la région.

Boubekeur Amrani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.