Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie : «La situation sanitaire est dangereuse mais pas catastrophique »

 Le président de la Société algérienne d’immunologie, le professeur Kamel Djenouhat, a qualifié hier la situation épidémiologique qui prévaut dans le pays, de « dangereuse » mais « pas catastrophique », déplorant les discours « défaitistes » diffusés sur les réseaux sociaux.Invité à s’exprimer sur les ondes de Radio Sétif, Djenouhat a affirmé que « des décisions importantes vont être prises par les hautes autorités du pays », annonçant « l’arrivée, dans les prochaines heures, d’importants lots de générateurs et d’oxygène».

Il déplore néanmoins le manque d’anticipation au sein des structures sanitaires qui n’ont pas su évaluer les risques et se préparer à cette troisième vague qui touche plusieurs wilayas du pays.

Concernant le variant Delta, le Pr Kamel Djenouhat, affirme que  celui-ci induit « une infection de 50% de l’appareil respiratoire », regrettant dans le même sillage le manque d’entretien des générateurs d’oxygène qui a aggravé les infections qui nécessitent 30litres d’oxygène par minute pour chaque lit.L’invité de cette station régionale considère « bizarres » les cas qui s’étaient présentés dans des situations « graves »  au huitième et neuvième jour de cette troisième vague, rassurant que « c’est la première fois que la courbe en hausse en Algérie est arrivée en parallèle avec la courbe constatée au niveau mondial contrairement à la première et deuxième vague ».

Le professeur Kamel Djenouhat insiste sur la nécessité de la vaccination qui selon lui, aurait limité le taux des décès à 5%, expliquant que sur 100 malades on enregistre cinq décès.

Concernant la prise en charge des cas atteints de Covid, le président de la Société algérienne d’immunologie révèle qu’une proposition a été faite au Comité scientifique de suivi et de lutte contre le covid-19, pour exploiter les salles de sports fermées depuis quelques jours ainsi que les mosquées pour cette campagne de vaccination, réitérant l’appel au port de masque qui protège de cette maladie avec une efficacité  pouvant aller à 90% .

Au total, le nombre de personnes vaccinées à travers le pays, est entre trois à quatre millions, selon le médecin qui rappelle que parmi les personnes atteintes de covid, figurent des jeunes  dont l’âge varie entre 15 et vingt ans et 50% d’entres elles présentant des infections au niveau de l’appareil respiratoire.

Il indiquera qu’il n’est pas exclu de vacciner des enfants dès qu’un accord à ce propos sera trouvé. Il précise que certains experts préconisent la vaccination dès l’âge de six ans, d’autres douze et d’autres encore dix huit ans.

B. Amrani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.