Incendies criminels : 30 personnes, dont 7 éléments du MAK, arrêtées

Les services de sécurité viennent de procéder un nouveau coup de filet dans les milieux proches du MAK. Les services de la Gendarmerie nationale a annoncé hier l’arrestation de 30 personnes dans le cadre de l’enquête relative aux incendies criminels qui ont affecté plus d’une vingtaine de wilayas, au mois d’août dernier.

Selon un communiqué publié hier, les investigations menées par les services de police judiciaire relevant de la Gendarmerie nationale, et qui ont concerné 387 départs de feux dans 14 wilayas, ont abouti à l’arrestation de 30 personnes, dont sept éléments de l’organisation terroriste MAK. Ces derniers ont été transférés vers le pôle pénal de Sidi-M’hamed. Selon la même source, 5 individus ont été mis sous contrôle judiciaire, tandis que 4 autres sont poursuivis pour publication de fausses nouvelles à propos des incendies. Les services de la Gendarmerie nationale ont également indiqué que l’enquête se poursuit afin de débusquer toutes les personnes impliquées dans ces actes de sabotage.

Il est vrai que les incendies criminels qui ont affecté plusieurs wilayas du pays, notamment en Kabylie et l’assassinat du jeune Djamel Bensmail, a été le déclencheur d’une vaste offensive des services de sécurité contre les réseaux de déstabilisation affidés aux deux organisations terroristes Rachad et MAK. Il est utile de rappeler dans ce contexte qu’une centaine de personnes est actuellement en détention dans le cadre de l’affaire liée à l’assassinat de Djamel Bensmail. Tandis que des mandats d’arrêts internationaux ont été lancés à l’encontre d’éléments du MAK, impliqués dans cette affaire, notamment Ferhat M’henni.

22 éléments du MAK en détention provisoire

Il est également utile de noter que pas de 22 éléments du MAK ont été mis hier sous mandat de dépôt, dans un autre dossier, celui relatif aux troubles à l’ordre public qui ont émaillé la ville de Kherrata, samedi dernier. Pour rappel, les services de sécurité ont annoncé lundi l’arrestation d’une trentaine personnes à Kherrata, dans la wilaya de Béjaïa et Beni Ouartilane dans la wilaya de Sétif. Ces derniers ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’Hamed, a décidé le placement en détention de 22 individus et la mise sous contrôle judiciaire des huit autres. Ils sont tous poursuivis pour « actes de destruction, apologie du terrorisme, atteinte à l’intégrité nationale, incitation à attroupement armé, attroupement armé, destruction des biens d’autrui et agression sur les agents de force en plein exercice de leur fonction ». Tout a débuté lors de la tentative de marche dans la ville de Kherata samedi passé, ou des groupes d’individus, armés d’armes blanches et de barres de fer,  se sont attaqués à des magasins et autres édifices publics, ce qui a poussé la police à intervenir et stopper le saccage de cette ville.

Munis de mandats de perquisitions établis par les autorités judiciaires territorialement compétentes, les éléments de la police ont découvert dans les domiciles de ces individus, habitant à Kherata et à Beni Ourtilane, commune relevant de la wilaya de Sétif, des documents administratifs, des treillis militaires, un lot de téléphone portable, de détecteurs de métaux et des cachets falsifiés portant la mention « a voté par procuration » ainsi que des drapeaux du mouvement séparatiste.

Idir Y.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *