1re session ordinaire de Académie algérienne des sciences et technologies : Plusieurs questions organiques examinées

L’Académie algérienne des sciences et technologies (AAST) a tenu, hier à Alger, sa première session ordinaire après la promulgation de la loi 22-02 fixant son organisation, sa composante, son fonctionnement et ses missions. La vice-présidente de l’Académie, la Pr. Samia Benabbes a affirmé à l’APS que la loi 22-02 du 25 avril 2022 fixant l’organisation, la composante, le fonctionnement et les missions de l’Académie « constitue un pas positif et un jalon fondamental pour faire sortir l’Académie de son inertie ». Elle a souligné que l’Académie tenait sa première session ordinaire après la promulgation de cette loi, qui constitue « une opportunité pour exploiter les points positifs et remédier aux lacunes à travers l’élaboration du règlement intérieur de l’Académie au mieux de son intérêt suprême ». Le règlement intérieur qui est en cours d’élaboration, « englobera toutes les activités liées à l’Académie, y compris l’organigramme et l’adoption du budget 2023 après la mise en place d’un programme d’action, ainsi que la réélection du président de l’Académie et de ses vice-présidents et des chefs de départements et ensuite le Conseil scientifique de l’Académie à travers lequel il sera procédé à l’élaboration d’une feuille de route de l’Académie », a-t-elle précisé.

Les travaux de cette session de deux jours, verront « la présentation du projet du site électronique de l’Académie pour enrichissement et l’examen de la méthodologie d’élaboration du règlement intérieur de l’Académie et de la formation des groupes de travail à cet effet, la présentation des résultats des groupes de travail pour débat et des recommandations de la séance plénière afin de finaliser le projet de règlement intérieur », a ajouté Mme Benabbes. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait insisté sur « l’institution d’un règlement intérieur qui soit à la hauteur de la place de l’Académie en tant que plus haute instance scientifique » du pays. Composée de 46 membres fondateurs dont 43 ayant pris part à cette session, en attendant l’adhésion des membres affiliés pour atteindre 200 membres, l’AAST se veut une instance d’expertise, de consultation et de complémentarité pour tout organisme public ou privé.

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.