Télécommunications : Les États africains conviés à défendre leurs intérêts

Le ministre de la Poste et des Télécommunications, Karim Bibi Triki, a appelé, hier  à Alger, les Etats africains à défendre « en commun » leurs intérêts dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, soulignant la stratégie algérienne pour la généralisation de ces services. « Les défis actuels et à venir imposent à notre continent une concertation régionale solide et efficiente, de sorte à ce que les Etats africains puissent défendre leurs intérêts en commun, en matière de technologies de l’information et de la communication », a déclaré le ministre à l’ouverture de la 6e session de la conférence des plénipotentiaires de l’Union africaine des Télécommunications (UAT). Devant se poursuivre jusqu’au 26 juillet courant, cette réunion préparatoire se tient en prévision de la prochaine conférence des plénipotentiaires de l’Union internationale des Télécommunications (UIT), prévue en septembre prochain à Bucarest (Roumanie). Pour ce faire, le ministre a incité les Etats africains à « œuvrer collectivement et avec détermination » pour s’imposer au sein des organismes internationaux spécialisés. Tout en relevant le développement « extraordinaire » entrainé par les nouvelles technologies qui sont devenues « incontournables », le ministre a affirmé que les pays africains « doivent fournir davantage d’efforts afin de renforcer la numérisation dans leurs politiques gouvernementales et leurs stratégies de développement ». Abordant l’expérience algérienne en matière de généralisation de l’usage des technologies de l’information et de la communication, M. Bibi Triki a indiqué que « la stratégie tracée par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui prévoit de larges horizons dans ce sens, place le citoyen au centre des préoccupations et accorde un intérêt particulier à ce que les nouvelles technologies soient déployées sur l’ensemble du territoire national ». Dans ce sens, a-t-il ajouté, l’Algérie « accorde une importance extrême à la réalisation d’infrastructures de base, destinées aux télécommunications et devant profiter à tous les citoyens », tout en œuvrant, au plan continental, à « parachever le réseau de la fibre optique la liant à d’autres pays frères ». Il a insisté, à ce propos, sur le renforcement de la coopération régionale afin de « concrétiser les principaux axes de l’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA) visant notamment l’inclusion du citoyen et la réalisation de la complémentarité économique entre les pays africains ».  A noter qu’en marge de cette réunion préparatoire, le président de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications électroniques (ARPCE), Zinedine Belattar, a reçu le bouclier de la présidence du Réseau arabe des régulateurs des télécommunications et des technologies de l’information (AREGNET), des mains du vice-président de l’Autorité nationale des télécommunications tunisienne, Chaker Touati.

R.N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.