Accusé d’abus de fonction : Tourmente judiciaire pour le P/APC d’Annaba

 Accusé d’abus de fonction,de  menace et insulte, le président de l’Assemblée populaire communale d’Annabafait face à la colère d’une citoyenne qui entend aller au bout du bras de fer qui les oppose.

 Cette dernière notifiée par ordonnance officielle pour arrêter les travaux  de construction de sa bâtisse sis à l’avant-port s’est orienté vers le tribunal administratif d’Annaba qui a annulé la décision de l’APC. Le jour même le P/APC décide de faire fi de la décision de Justice et de notifier à la plaignante une seconde ordonnance d’arrêt de travaux. Or, aucune des deux parties ne semble démordre et la situation se transforme en conflit et dégénère. La plaignante s’est adressée à la justice en introduisant une plainte à l’encontre du P/APC qui l’aurait menacé de l’emprisonner si elle n’arrêtait pas les travaux et l’aurait même insulté.  De source judiciaire, on apprend que le juge d’instruction de la deuxième chambre du tribunal d’Annaba avait retenu le 7 septembre écoulé, un non lieu dans cette affaire pour laquelle le parquet avait requis l’application de la loi. Mais la plaignante tenant bon a décidé le 11 du même mois de faire appel, auprès la chambre d’accusation de la cour de justice d’Annaba, a ajouté la même source. Un appel devant être examiné le 20 du mois de septembre mais  a été reporté pour le 5 octobre, nous dit-on. Le magistrat chargé de cette affaire devra rendre sa décision le 11 octobre courant, a-t-on fait savoir. Il faut noter que, les déboires judiciaires du P/APC d’Annaba se poursuivent. En effet, depuis son élection à la tête de l’Assemblée populaire communale du chef-lieu de la wilaya d’Annaba, le maire enchaîne les comparutions devant la justice, pour des faits en rapport avec sa gestion des affaires de la ville. Une gestion qui, convient-il de le rappeler, dérange plus d’un et à plusieurs égards.  En réalité, la politique de la remise des pendules à l’heure adoptée par le locataire de l’hôtel de ville a fermé la porte aux agissements de passe droits et de corruption Le nouveau  maire d’Annaba semble user d’une part, du pouvoir de son statut de P/APC élu pour redorer le blason de la ville d’Annaba,et d’autre part, répondre aux exigences citoyennes qui ne cessent de dénoncer des dépassements, comme c’est le cas de cette citoyenne, dont la construction est l’une parmi tant d’autres déformant le paysage urbain de la ville d’Annaba.  En effet, sans égard au design de la zone de l’avant port, cette citoyenne qui, estimant son chantier en règle, a décidé de poursuivre le maire en correctionnel  pour abus de fonction, insultes et menaces. À suivre.

Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *