Hausse généralisée des prix à Annaba : Les spéculateurs mettent la pression

Depuis l’annonce des nouvelles mesures judiciaires devant être adoptées contre les spéculateurs, le phénomène de la hausse des prix s’est accentué à Annaba, touchant la majorité des produits de large consommation. Des commerçants mènent une course contre le temps, avant l’entrée en application des nouvelles dispositions de lutte contre la spéculation, à savoir le traitement de ce type affaires par la section anti-terroriste. En effet, les mercantilistes  ne ménagent aucun effort pour renflouer leurs caisses au détriment du consommateur épuisé par l’inflation. Pour contrecarrer les réseaux des spéculateurs et permettre aux consommateurs d’avoir accès directement à ce produit important,   l’entreprise de distribution et de conditionnement des produits alimentaires de base (DICOPA), filiale du groupe agro-industries AGRODIV, a procédé, mercredi à la distribution de l’huile de table directement aux consommateurs dans la commune d’El-Eulma. Une action intervenant dans le cadre de l’approvisionnement continu du marché local en matières alimentaires  de large consommation.  Près de 380 bidons de cinq litres ont été mis à la disposition des citoyens de la commune et de ses localités. A noter que l’entreprise DICOPA effectue l’entreposage, le conditionnement et la commercialisation en gros, demi-gros et au détail de produits alimentaires destinés à l’approvisionnement du marché national. Elle contribue à la régulation du marché pour les produits prioritaires et constitution de stocks de régulation. L’entreprise propose également des prestations de service en matière d’entreposage, de torréfaction et de conditionnement des légumes secs et d’autres produits alimentaires. DICOPA a, d’autant plus, des activités d’import et d’export de toutes denrées alimentaires. L’approvisionnement direct des consommateurs s’inscrit dans un contexte marqué par des pénuries récurrentes concernant certains produits alimentaires de base, dont l’huile de table, la semoule et la farine. Une pénurie qui n’est autre que l’œuvre  des barons de la spéculation et de la contrebande. Celle-ci touche essentiellement les produits subventionnés par l’État. Des pratiques qui ne font que grever les capacités du Trésor public. Pour les contrecarrer, les pouvoirs publics ont décidé de frapper fort, en soumettant les affaires relatives à la spéculation sur les marchandises et à la hausse injustifiée des prix au niveau du service central de lutte contre le terrorisme et le crime organisé transnational. Une mesure notifiée officiellement par le ministère de la Justice aux parquets locaux de la République. La démarche intervient « en application des dispositions de l’article 11 du Code de procédures pénales ».

Sofia Chahine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *