Importation des véhicules neufs : Le cahier des charges « fin-prêt »

Le marché du véhicule neuf va-t-il, enfin s’ouvrir ? Le ministre de l’Industrie assure que ce sera le cas très prochainement. Le cahier des charges est prêt et sera présenté au prochain Conseil des ministres. Après cela, il faudra encore définir les modalités organisationnelles avec le ministère des Finances.

L’ouverture du marché automobile algérien aux véhicules neufs importés se concrétisera-t-elle avant janvier 2023 ? Il est vrai que le dossier lié au marché automobile défraye la chronique depuis 2019, date de la fermeture totale du marché à l’importation et des unités de montage. Depuis, mesures et contre-mesures, promesses de retour à l’importation des véhicules de moins de trois ans et publication de plusieurs cahiers des charges relatifs à la concession automobile, puis le retrait animent le marché automobile local. Un marché qui a été marqué par une flambée inédite des prix sur le marché de l’occasion depuis 2019.

Or, les pouvoirs publics semblent, aujourd’hui, décidés à clore de dossier. Dimanche en Conseil des ministres, le président de la République a annoncé la décision d’autoriser, dès janvier 2023, l’importation des véhicules de moins de trois ans par les particuliers sur leurs fonds personnels. Il s’agit également de rouvrir le marché aux véhicules neufs à travers le retour des activités de concession automobile. Si les délais de cette réouverture ne sont pas clairement définis, on assure sur le processus en amont est, cette fois, en voie d’achèvement. Une chose est certaine, cependant, la concession automobile devra s’adosser à un projet de construction automobile. C’est dans ce contexte, que le ministre de l’Industrie a indiqué, dimanche soir en marge de la 5esession du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) algéro-françaisque « le cahier des charges, qui sera présenté lors du prochain Conseil des ministres, est prêt et nous prendrons en compte toutes les directives concernant la rédaction du cahier des charges tant attendu par l’ensemble des concessionnaires ».

A une question sur la date d’entrée en vigueur de la décision d’importation des véhicules, le ministre a expliqué que cela dépendait du parachèvement des dispositions organisationnelles avec le ministère des Finances concernant les procédures douanières et autres ». »Pour ce qui est de l’industrie, nous sommes en négociations et il y aura prochainement de grandes entreprises dans ce domaine, ce qui permettra la fabrication et l’importation », a-t-il poursuivi. Il a dans ce sens assuré que le secteur de l’industrie automobile en Algérie connaîtra « une forte impulsion » d’ici fin 2022 ou début 2023.Il y aura « un redémarrage notamment après la promulgation de la loi sur l’investissement et des textes d’application y afférents. Je pense qu’il y aura un décollage industriel y compris celui de l’industrie automobile » a-t-il estimé.

Pour rappel, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune avait donné, dimanche en Conseil des ministres, des directives pour « autoriser les constructeurs automobiles étrangers à importer les véhicules pour les vendre en Algérie, parallèlement au suivi méticuleux et continu du processus de lancement d’une véritable industrie automobile en Algérie, dans les plus brefs délais ».

Samira Ghrib

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *