Pandémie de Covid-19 : Les cas explosent en Chine

L’ampleur exacte de l’actuelle flambée de Covid-19 en Chine est désormais «impossible» à déterminer, a concédé hier le ministère de la Santé, les tests n’étant plus obligatoires depuis l’assouplissement soudain des restrictions sanitaires. Pékin et ses 22 millions d’habitants sont particulièrement touchés par cette vague de contamination, inédite dans la ville depuis les débuts de la pandémie et qui s’est propagée à une vitesse fulgurante ces derniers jours. La vice-première ministre Sun Chunlan a déclaré que les infections «augmentaient rapidement» dans la capitale. Certaines entreprises ont fait état de 90% de leur personnel contaminé. La semaine dernière, la Chine a assoupli de façon drastique ses restrictions sanitaires anti-Covid, qui entendaient limiter au maximum les contaminations et les décès. Elle a notamment décrété la fin du placement automatique en centre de quarantaine pour les personnes testées positives et l’arrêt des campagnes de dépistage massives via des tests PCR – qui étaient quasi-obligatoires. Conséquence : le nombre de personnes qui prennent désormais l’initiative d’aller effectuer un test PCR a fortement diminué. Logiquement, le nombre de nouveaux cas détectés plonge, donnant la fausse impression d’une amélioration de la situation. Le ministère de la Santé a ainsi confirmé que les statistiques officielles ne reflétaient plus la réalité.  «La plupart des gens porteurs du virus mais asymptomatiques ne font plus de tests PCR, il est donc impossible d’avoir une idée précise du véritable nombre de personnes infectées», a-t-il indiqué. La plupart des gens font désormais des autotests chez eux, une méthode qui passe sous les radars des autorités sanitaires. Si restaurants, centres commerciaux et parcs rouvrent, les rues de Pékin restent très peu fréquentées. Beaucoup d’habitants malades se soignent chez eux, d’autres ont peur d’être contaminés et les commerces ont du mal à tourner en raison de la contamination du personnel. Des Pékinois se plaignent également de ruptures de stock de médicaments anti-rhume et anti-fièvre. Le moteur de recherche Baidu a indiqué que les recherches avec le mot «Ibuprofène», un médicament contre la fièvre et l’état grippal, avaient augmenté de 430% en une semaine. À rebours total de sa stratégie zéro Covid qu’il a longtemps défendue bec et ongles, le gouvernement semble aujourd’hui déterminé à poursuivre la réouverture du pays. Mais les répercussions de cette vague épidémique pourraient être durement ressenties par le système hospitalier, notamment dans les zones moins développées, et par les personnes âgées dont des millions ne sont pas encore totalement vaccinées.

Agences

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *