Nucléaire : L’Iran voit une opportunité pour les discussions

Une conférence régionale qui doit s’ouvrir aujourd’hui en Jordanie est une « opportunité » pour relancer les négociations sur le nucléaire iranien, actuellement dans l’impasse, a estimé hier le ministre des Affaires étrangères iranien. Téhéran et les grandes puissances ont lancé en avril 2021 à Vienne des pourparlers visant à ressusciter un accord international conclu en 2015 qui garantit le caractère civil du programme nucléaire de l’Iran, accusé malgré ses démentis de chercher à se doter de l’arme atomique. Les négociations sont au point mort mais la rencontre entre plusieurs pays du Moyen-Orient en Jordanie, ce mardi, pourrait permettre de reprendre les discussions, a estimé le chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir-Abdollahian. La rencontre, à laquelle participeront l’Iran et l’Arabie saoudite, deux rivaux régionaux, mais aussi la France et l’Union européenne impliquées dans les négociations sur le nucléaire, est « une bonne opportunité pour nous definaliser ces discussions », a-t-il déclaré hier. Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l’Union européenne qui coordonne les pourparlers sur le nucléaire iranien, sera présent en Jordanie, tout comme M. Amir-Abdollahian. Le pacte de 2015 est moribond depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis,décidé par l’ancien président Donald Trump. Le ministre iranien a appelé hier de ses vœux « un changement d’approche » de la part des Etats-Unis, espérant qu’ils « se comportent de façon réaliste ». « Je dis clairement aux Américains qu’ils doivent choisir entre l’hypocrisie, la demande de parvenir à un accord et le retour des Etats-Unis » dans le pacte. Les négociations achoppent notamment sur la question de trois sites en Iran pour lesquels l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) cherche à obtenir des explications sur la présence de traces d’uranium enrichi.

R.I.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *