Cultures stratégiques : Plus de 130.000 hectares mobilisés dans 5 wilayas

Dans l’objectif de développer et de promouvoir l’agriculture saharienne ce sont quelques 134.500 hectares qui viennent d’être mobilisés par l’Etat au bénéfice des investissements dans les cultures stratégiques.

Selon l’Office National des cultures industrielles en terres sahariennes, les assiettes mobilisés sont réparties sur cinq wilayas à savoir Adrar, Timimoun, El Ménéa, Ouargla et Illizi. Le directeur général de l’Office, Slimane Hennachi a précisé dans ce sens ce créneau commence sérieusement à susciter l’intérêt des investisseurs au vu des avantages offerts par l’Etat. Il a ainsi fait état de quelques  175 dossiers déposés par des porteurs de projets qui ont émis le vœux d’investir dans des créneaux réservés surtout à ce genre de cultures à savoir les industries agroalimentaires, les céréales,  l’oléiculture ainsi que la tomate industrielle.

Selon le même responsable, l’Etat qui compte investir dans ces cultures stratégiques entend, par cette stratégie, créer des pôles d’investissements dans le créneau à même de réaliser l’autosuffisance alimentaire et par conséquent consolider la souveraineté nationale. Le choix de cette stratégie obéit aussi à la volonté de l’Etat de créer de l’emploi pour les jeunes des régions sahariennes. L’agriculture industrielle est d’ailleurs un créneau fortement pourvoyeur de postes de travail, a expliqué M. Hennachi.

Le troisième objectif souligné par Slimane Hennachi réside par ailleurs dans la volonté de l’Etat d’augmenter la production des céréales afin d’assurer l »autosuffisance alimentaire, unique moyen, précise-t-il, de baisser la facture des importations. La création de l’Office qu’il dirige en est un exemple et surtout un moyen d’y parvenir, a-t-il noté. En fait, la stratégie privilégiant les grandes superficies sahariennes vise surtout à lutter contre la bureaucratique qui plombe l’investissement surtout au chapitre du foncier qui rend l’investissement quasiment impossible pour les porteurs de projets. Une bureaucratie que l’Etat veut éloigner pour permettre ainsi aux investisseurs de lancer leurs projets dans des délais  très courts. Parmi les objectifs de l’Office, figure aussi l’accompagnement des porteurs de projets sur tous les plans, du volet administratif visant à accélérer la cadence des démarches administratives au volet technique qui ambitionne d’aider les agriculteurs à augmenter la productivité et la production. Cette stratégie représente enfin une opportunité pour faire de ces cultures un moyen d’améliorer la qualité de la production nationale qui ambitionne de passer à l’export une fois l’autosuffisance acquise.

Kamel Nait Ameur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.