Saïd Ayachi, président du CNASPS : « L’administration Biden remet en cause l’accord signé par Trump »

Le président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui a mis en avant hier les revers essuyés par le Makhzen, depuis quelques semaines. Qualifiant de « couple infernal », le Maroc et l’entité sioniste, SaidAyachi est revenu succinctement sur le scandale Pegasus. Invité à s’exprimer sur les ondes de la Radio algérienne, le président du CNASPS, rappelle que le Maroc avait d’abord espionné l’Algérie dont six milles noms, représentant des personnalités politiques, militaires et économiques,ont été citées comme étant victimes de ces pratiques, mais le Maroc « n’a pas non plus épargné ses partenaires y compris la France et au plus haut niveau ».

L’invité de la radio mettra également en avant le retour de flamme que subit actuellement le Makhzen dans le dossier du Sahara occidental, notamment les multiples signaux émis par l’administration américaine concernant la remise en cause des engagements pris par Donald Trump dans le cadre du « Deal du siècle », notamment la reconnaissance d’une prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental en contre de la normalisation avec l’entité sioniste.  L’invité de la radio rappelle que l’administration du président américain, Joe Biden, établiun distinguo, sur une infographieentre les territoires marocains et ceux du Sahara Occidental, remettant ainsi en cause la déclaration faite par son prédécesseur.

« Cela ne peut pas être un fait dû au hasard.C’est un indice supplémentaire après les déclarations faites par l’administration américaine à la Maison Blanche », rappelant les déclarations d’Anthony Bliken secrétaire d’Etat américain et la dernière tournée de Joey Hoodet sa déclaration, à Alger, à Rabat et à Washingtonconcernant le dossier sahraoui.

Il affirmera que « le tweet de Joe Biden vient couronner une série d’indices », indiquant que l’administration Biden « vient de s’écarter » de la position de Donald Trump concernant le dossier du Sahara occidental.

« Il n’y aura pas une annonce formelle concernant la déclaration de Trump », tenait à préciser Said Ayachi qui expliquera toutefois que « l’accord signé par Trump n’a pas été avalisé par la chambre des représentants amércains.Donc il n’a pas valeur d’application sur le terrain ».

Le président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui souligne dans le même ordre d’idée que c’est après « les appels des poids lourds de la politique américaine que l’administration de Joe Biden est entrain de contourner l’accord signé par Trump », concernant cette prétendue souveraineté Marocaine sur le Sahara occidental et ce « en rappelantque le dossier sahraoui reste au niveau des Nations Unies ».

IdirYaghmoracen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.