Assurances automobiles : Pas de réduction de plus de 50%

Le PDG de la Société algérienne des Assurances (SAA), Nacer Sais, a dévoilé que les compagnies d’assurance ne peuvent pas accorder de réduction de plus de 50% sur le service automobile. Une affirmation qui intervient au moment ou les assureurs revendiquent une baisse des tarifs d’assurance notamment la police d’assurance automobile. Et pour cause, cette dernière représente, selon les spécialistes, une part importante du chiffre d’affaires des compagnies d’assurance en Algérie. S’exprimant en marge du lancement de la nouvelle plateforme électronique de la Société algérienne des Assurances (SAA), son président directeur général, Nacer Sais a révélé que «la réduction appliquée sur l’assurance automobile ne va pas dépasser les 50% en Algérie. Plus explicite, le premier responsable de la SAA a précisé qu’ «un protocole sous la tutelle du ministère des Finances a été approuvé par les différentes compagnies d’assurance. Celui-ci interdit à ces entreprises d’accorder des rabais sur l’assurance voiture qui vont au-delà du taux de 50%». En sus, l’intervenant a également a souligné que «ce marché subit une vraie pression en termes des baisses de prix accordées. D’autant plus que la concurrence a cassé tous les records. Ce qui a conduit les propriétaires de ces compagnies à se disputer les parts de marché en cassant les tarifs».

Il est utile de rappeler que la question des réductions excessives des prix sur les primes d’assurance fait polémique depuis quelques années, certains opérateurs du secteur considérant les promotions de ce type comme étant des pratiques anticoncurrentielles. Les assureurs avaient d’ailleurs adressé une correspondance en 2017 l’ancien ministre de Finances à ce propos afin de recadrer les pratiques du secteur. Il faut noter que face à ces réductions qui peuvent parfois aller jusqu’à 90% dans le secteur de l’assurance automobile, les autorités compétentes ont décidé de réagir. Cela, en plafonnant ces taux à 50% maximum et en faisant signer ces compagnies un protocole. Au fait, le premier responsable de la SAA s’est prononcé à ce sujet. Il a indiqué que tous les opérateurs dans ce secteur ont conscience que si on n’arrive pas à mettre fin à ce processus de discrimination par les prix, leurs entreprises rencontreront de vrais problèmes. Il a également précisé que le protocole mis en place ne fixe en aucun cas les prix, ajoutent-ils.

Samira Ghrib

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *