Industrie pharmaceutique : Une ambition africaine qui s’affiche à Dakar

Le groupe pharmaceutique public affiche ses ambitions africaines. Un exemple pour les opérateurs qui ont versé dans la production de médicaments et d’équipements médicaux qui voient, eux aussi, en l’Afrique d’immenses opportunités. L’organisation du Salon de l’industrie pharmaceutique algérienne El Djazair Healthcare à Darkar est en ce sens le fer de lance de cette stratégie d’internationalisation. 

Les participants au Salon n’ont pas caché leurs ambitions. Saïdal occupe en ce sens les devants dans cette dimension africaine de l’industrie pharmaceutique algérienne. Ainsi, la directrice du département Exportation du Groupe Saidal, Lydia Azem, a mis en avant les objectifs du groupe public en marge du Salon. La même responsable savoir que «la signature d’une première convention avec des opérateurs sénégalais permettra de promouvoir le produit algérien dans plusieurs pays africains », rappelant que la société Saidal, présente dans de nombreux pays africains depuis des années, « tend à élargir ce partenariat dans un cadre de solidarité avec les pays africains conformément à la volonté politique de l’Etat algérien ». Il est utile de rappeler dans ce contexte que le groupe Saidal prévoit d’augmenter de moitié son chiffre d’affaires en 2022, notamment stimulant le segment export. Le groupe prévoit un programme d’exportation de plus de 1,5 million d’euro en direction des pays d’Afrique et du Moyen Orient.

Une expérience qui semble inspirer de nombreux opérateurs. Le directeur Marketing de la Société des industries médico-chirurgicales, Salim Grine, a affirmé dans ce contexte  que «la participation de la société IMC au Salon de Dakar vise à renforcer sa présence dans la région de l’Afrique de l’Ouest » «D’autant que les laboratoires IMC ont une large expérience en matière de matériel de dialyse et sont en tête des laboratoires de marketing en Mauritanie», a-t-il expliqué. Ces laboratoires se sont lancé dans la commercialisation des sérums concentrés au Sénégal depuis 2020 et ont décroché un marché pour l’exportation d’une valeur de près de 800.000 euros. Selon leurs responsables, les laboratoires IMC œuvrent à promouvoir des partenariats fructueux et à investir dans la production de fournitures médicales dans plusieurs pays africains. Même de son cloche chez la directrice adjointe du Groupe Clinica, Lydia Brahimi, laquelle affirmé que «le groupe avait procédé, à l’instar des autres opérateurs algériens présents au Salon, à la signature d’un accord de partenariat pour la prestation de service et la commercialisation de ses produits au Sénégal et dans les Pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest». La directrice des marchés hospitaliers nationaux et internationaux du groupe Biocare, Meriem Ben Kara, a estimé que «la participation au Salon de Dakar a été l’occasion d’établir un partenariat avec des opérateurs sénégalais, ce qui permettra au groupe Clinica de promouvoir ses produits et d’aller vers l’exportation. Le responsable du groupe «Hydra Pharm», spécialisé dans la distribution de médicaments, Hakim Ikhlef, s’est félicité de «la signature d’une convention avec des opérateurs sénégalais, qui permettra la promotion du produit algérien et l’accès aux marchés africains». 

Il est clair que le développement à l’export constitue aujourd’hui la nouvelle phase naturelle de l’évolution de l’industrie pharmaceutique nationale, laquelle a permis d’atteindre l’autosuffisance pour de nombreux produits. Il est utile de rappeler dans ce contexte que l’industrie pharmaceutique nationale couvre pas moins 70% des besoins nationaux. La première édition du salon El Djazaïr Healthcare ; se tenant à Dakar du 17 au 20 mai, s’inscrit dans le cadre de la concrétisation de cette démarche, la commercialisation de la production pharmaceutique dans le marché international. 

Amar Malki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.