La CSA menace de renouer avec la protesta : Vers une rentrée sociale mouvementée ?

La prochaine rentrée sociale risque d’être animée. La Confédération des syndicats algériens réaffirme ses positions et appelle à une révision de politique des salaires ainsi qu’à des mesures pour soutenir le pouvoir d’achat. La coordination qui compte une vingtaine de syndicats de la Fonction publique menace de renouer avec la protesta si ses revendications ne sont pas prises en compte.

La Confédération des syndicats algériens hausse le ton et appelle le Gouvernement à prendre des mesures concrètes avant la prochaine rentrée sociale. Dans un communiqué publié ce week-end et qui sanctionne les travaux de la dernière réunion de la CSA, tenue lundi dernier au siège de l’Union nationale des travailleurs de l’éducation et de la Formation, la Confédération fixe « un ultimatum » au Gouvernement pour répondre « à toutes les revendications socioprofessionnelles » qu’elle a toujours soulevées notamment lors du dernier débrayage faisant suite à la publication de la nouvelle grille indiciaire des salaires de la Fonction publique. En effet, réunie pour l’évaluation des conditions de déroulement et des objectifs atteints par le dernier débrayage, la Confédération des syndicats algériens a réaffirmé le maintien de sa mobilisation et menace de retourner aux actions de terrains si les revendications ne sont pas satisfaites par le Gouvernement.

Dans le même communiqué, la Confédération des syndicats algériens appelle les syndicats à adhérer massivement à la perspective de durcir les actions à la rentrée sociale prochaine. Aussi, la CSA réaffirme ses revendications relative àl’amélioration du pouvoir d’achat de tous les citoyens algériens, la révision de la loi sur le régime des retraites, la santé, la protection sociale et les revendications relatives au droit à l’exercice syndical. Ensuite, la CSA appelle à trouver en urgence les équilibres nécessaires pour améliorer le pouvoir d’achat des citoyens algériens via notamment une révision profonde de la politique nationale des salaires. Des équilibres, précise la CSA dans son communiqué, qui garantissent l’équité dans le redistribution des richesses nationales en adéquation avec les nouvelles réalités et les dernières évolutions. Figure aussi dans la liste des revendications, l’actualisation de la prime de zone en l’indexant surSNMG actuel et non selon celui de 1989.

Aussi, les syndicats annoncent être prêts à retourner au débrayage à la prochaine rentrée sociale « si le Gouvernement ne répond pas favorablement à cette liste de revendications ». Une protesta destinée, ajoute la Confédération des syndicats algériens dans son communiqué, à « exprimer le refus du front social de la politique du fait accompli qu’on tente de lui imposer ». Enfin, le communiqué de la CSA augure d’une rentrée sociale mouvementée malgré les récentes décisions du Gouvernement en faveur des travailleurs, des jeunes et de toutes les couches sociales défavorisées. Une rentrée sociale qui pourrait connaître des débrayages dans divers secteurs au vu de la composante hétéroclite de la Confédération. 

Kamel Nait Ameur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *