10e Commission mixte économique algéro-russe : Renforcer le partenariat

Les autorités algériennes et russes œuvrent à renforcer le partenariat économique liant les deux pays. Hier, la réunion des experts, préparatoire de la 10e session de la Commission mixte algéro-russe de la coopération économique, commerciale, scientifique et technique, a été ouverte à Alger. Durant deux jours (hier et aujourd’hui NDLR), les experts des deux pays se penchent sur les questions qui seront à l’ordre du jour de la commission mixte qui se tiendra, demaini et jeudi. Il s’agit, entre autres, de l’énergie, des transports, de l’enseignement supérieur et du commerce.

Les responsables des deux pays espèrent renforcer le partenariat économique qui a déjà atteint un niveau appréciable. Ainsi, le responsable de la partie algérienne dans ce comité d’experts, le Directeur général Europe au ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Mohamed El Amine Bencheikh, a évoqué «le développement et l’approfondissement des relations bilatérales» (…) qui «connaissent un saut qualitatif sur fond des préparatifs pour l’annonce du partenariat stratégique approfondi». Exprimant «la volonté de son pays à œuvrer pour le renforcement des relations bilatérales notamment dans les domaines du commerce et de l’énergie», le représentant de la partie russe, Ivan Nalich, a tenu à relever que «de par l’échange commercial entre les deux pays, l’Algérie constitue le deuxième partenaire de la Russie en Afrique avec un volume d’échange qui a atteint près de 3 milliards de dollars en 2021». Un volume des échanges que les deux pays veulent porter à la hausse. Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a indiqué, dans un communiqué, que cette session de la commission mixte, qui sera coprésidée par Mohamed Abdelhafidh Henni, et son homologue russe, Dmitri Patrushev, «permettra aux deux parties de faire une évaluation de la coopération bilatérale depuis la dernière session tenue à Moscou le 30 janvier 2019, et d’examiner les voies et moyens de son renforcement dans les domaines d’intérêt commun». Lors de ce rendez-vous de 2019, les deux parties avaient signé un procès-verbal englobant «plusieurs recommandations multisectorielles portant sur le développement et le renforcement de la coopération bilatérale». La 10e session devait donc être organisée en 2021, mais elle a dû être repoussée d’une année en raison de la pandémie du Coronavirus.

Au début du mois en cours, l’ambassadeur de Russie en Algérie, Valerian Chouvayev, avait déclaré, lors d’une conférence de presse, que des «événements importants sont attendus dans les relations entre les deux pays d’ici la fin de l’année». Il s’agit entre autres de la visite que devra effectuer le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en Russie, «avant la fin de l’année», selon l’ambassadeur. Il est utile de rappeler, à cet effet, qu’à l’occasion de son déplacement à Alger, au mois de mai dernier, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait remis au chef de l’Etat algérien, une invitation du Président Vladimir Poutine pour effectuer une visite à Moscou. Ayant des relations privilégiées depuis plusieurs années, notamment dans le domaine militaire, et partageant la même position par rapport à certaines questions d’ordre, régional et international, l’Algérie et la Russie tentent ainsi de renforcer cette coopération et de la porter à un niveau supérieur. Lors de la conférence de presse qu’il a tenu en début du mois, l’ambassadeur de Russie en Algérie, avait même indiqué que son pays n’était pas opposé à la volonté de l’Algérie d’adhérer au «Brics» (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), comme exprimé par Tebboune, début août, et réaffirmé samedi dernier lors de la rencontre gouvernement-Walis. Le partenariat entre l’Algérie et la Russie est dans une courbe ascendante. Les responsables des deux pays tentent de lui donner un coup d’accélérateur.

Elyas Nour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *