Le 6e recensement général de la population sera parachevé en 2022 : Intégrer les données démographiques aux programmes de développement

Le ministre de la Santé, de la Population et de Réforme hospitalière, le Pr. Abderrahmane Benbouzid a affirmé hier à Alger que «2022, qui coïncide avec les célébrations commémorant le soixantième anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, sera sanctionnée par le parachèvement du sixième recensement général de la population et de l’habitat». Lors d’une réunion tenue à l’occasion de la Journée mondiale de la population, placée sous le slogan thème « Vers une résilience 

démographique : exploiter les opportunités pour un avenir meilleur »,  le ministre de la Santé a déclaré que «ce recensement permettra de disposer d’une source inestimable permettant l’enrichissement des bases de données disponibles, qui permettront d’agir pour combler les lacunes et les déficits et, surtout, de bénéficier des capacités de chaque citoyen au service du développement national». Après avoir rappelé les différents programmes nationaux adoptés dans le domaine de la croissance démographique et leur relation avec le développement économique et social afin de réaliser des progrès dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’amélioration des conditions de vie de la population, le premier responsable du secteur de la santé a mis en avant l’importance de cette avancée marquée par une « baisse notable du taux de mortalité infantile et maternelle avec une augmentation de l’espérance de vie chez les hommes et les femmes ».  Le taux de mortalité infantile durant les dernières années est estimé à 18,9 cas de décès pour les moins d’un an sur 1000 naissances vivantes, tandis que le taux de mortalité maternelle a atteint 48,5 cas de décès sur 100.000 naissances vivantes. Concernant l’espérance de vie à la naissance, qui reste un indicateur reflétant l’état de santé de la population, elle s’élève à plus de 77 ans pour les hommes et les femmes.

D’autre part, Benbouzid a souligné «la nécessité de poursuivre les efforts pour assurer des soins de santé de qualité, en accordant une attention particulière aux femmes en âge de procréer, aux enfants, aux personnes aux besoins spécifiques et aux personnes âgées, notant que «malgré les progrès réalisés, des efforts supplémentaires sont encore nécessaires de toute urgence pour compenser le déficit dans tous les domaines et de promouvoir l’intégration des objectifs démographiques dans divers programmes de développement économique, social et environnemental». Le ministre a également appelé les membres du Comité national de population à « mettre à jour la politique nationale de population pour  2030 en adoptant une approche basée sur la flexibilité démographique et en renforçant la coopération intersectorielle pour l’élaboration et la mise en œuvre des programmes et activités dans le domaine de la population et du développement ».

Salim Abdenour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.