Titularisation des enseignants contractuels : L’opération lancée

L’opération de titularisation des enseignants contractuels a été lancée. Le ministère de l’Education nationale a annoncé hier l’installation d’une commission chargée de l’encadrement et du contrôle de la mise en œuvre efficace de la décision du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui a ordonné dimanche lors de la réunion du Conseil des ministres, la titularisation immédiate de l’ensemble des enseignants contractuels du secteur. »Suite à la décision du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, relative à la titularisation immédiate de l’ensemble des enseignants contractuels du secteur de l’Education, dont le nombre est de 59.987 enseignants, une commission présidée par l’inspecteur général du ministère de l’Education nationale a été installée pour assurer le suivi, l’encadrement et le contrôle de la mise en œuvre efficace de cette opération », a indiqué un communiqué du département Abdelhakim Belabed. L’installation de cette commission est intervenue au terme d’une conférence nationale tenue par visioconférence au siège du ministère à l’issue de la réunion du Conseil des ministres, et présidée par le ministre du secteur, Abdelhakim Belaabed, en présence de cadres de l’administration centrale et des directeurs de l’éducation.

Le ministre a souligné que « les enseignants contractuels ont acquis une expérience suffisante du fait qu’il ont travaillé avec le même titre pendant plusieurs années. Des instructions ont été données, lors des conférences nationales consacrées à la préparation de la rentrée scolaire 2022-2023 pour le maintien autant que possible des enseignants recrutés sur la base de contrats au cours des années scolaires passées ».Pour assurer le bon déroulement de l’opération, ajoute le communiqué, « la situation a été minutieusement examinée wilaya par wilaya. M. Belaabed a donné des instructions strictes pour mettre au point toutes les procédures et finaliser le processus d’intégration des enseignants contractuels concernés dans les plus brefs délais, avec un suivi immédiat via la plateforme numérique du secteur de l’Education nationale dans son volet relatif aux ressources humaines ».

Notons que les syndicats ont salué cette décision. Ainsi, le responsable de l’information et de la communication au Syndicat national des travailleurs algériens (SNTE), Djahid Hireche a indiqué dans une déclaration à l’APS que cette démarche est en mesure de « desserrer l’étau sur cette catégorie qui a plaidé à maintes reprises pour leur insertion dans des postes stables ».Concernant le projet de loi portant Statut de l’enseignant, tant attendu par la famille de l’Education, le responsable syndical a jugé nécessaire de « le promulguer avec tous ses contenus afin de surpasser la controverse animée à son sujet ».Pour sa part, le secrétaire général chargé de communication au Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l`éducation (CNAPESTE), Messaoud Boudiba a souligné que « donner à l’enseignant la place qu’il mérite va de paire avec l’amélioration de son niveau social et financier ».Pour ce faire, poursuit M. Boudiba, « il importe d’élaborer des statuts protégeant les acquis de l’enseignant et promeut sa condition sociale », insistant sur « la remise par la tutelle d’une mouture de statut particulier des fonctionnaires relevant des corps spécifiques au secteur de l’éducation aux sections syndicales pour enrichissement comme l’avait promis le ministre à maintes reprises dans l’objectif de renforcer la stabilité du secteur ».A propos de la décision relative à l’insertion des enseignants et des contractuels, M. Boudiba a estimé que cette décision était « positive », notamment avec « leurs contributions au secteur depuis de longues années ».Dans le même contexte, il a appelé à l’impératif d’inclure dans cette décision « tous les contractuels, dont ceux avec des contrats non renouvelés ».

R.N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *